France: un juge enquêtera sur le lynchage d'un jeune Rom

Âgé de 17 ans, Gheorghe avait été retrouvé... (PHOTO THOMAS SAMSON, AFP)

Agrandir

Âgé de 17 ans, Gheorghe avait été retrouvé le 13 juin en fin de soirée, inconscient, dans un chariot de supermarché abandonné près de la Cité des Poètes, un quartier sensible de Pierrefitte-sur-Seine (nord de Paris). Hospitalisé dans le coma après avoir été grièvement blessé à la tête, son état s'est peu à peu amélioré.

PHOTO THOMAS SAMSON, AFP

Agence France-Presse
BOBIGNY, France

Un juge d'instruction va enquêter sur le lynchage mi-juin d'un jeune Rom dans la banlieue parisienne, une affaire qui avait soulevé une vaste indignation, mais dans laquelle aucun suspect n'a pour l'heure été interpellé, a-t-on appris vendredi de sources concordantes.

Après trois semaines d'enquête sous la direction du parquet de Bobigny (près de Paris), une information judiciaire a été ouverte vendredi sur cette agression, a déclaré une source judiciaire.

«L'ouverture de l'information judiciaire était attendue impatiemment par la famille» du jeune Rom présenté dans un premier temps comme se prénommant Darius, a réagi son avocate, Me Julie Launois-Flacelière, qui compte se constituer partie civile. Elle aura ainsi notamment accès au dossier et pourra faire avancer l'enquête, a-t-elle précisé.

Âgé de 17 ans, Gheorghe avait été retrouvé le 13 juin en fin de soirée, inconscient, dans un chariot de supermarché abandonné près de la Cité des Poètes, un quartier sensible de Pierrefitte-sur-Seine (nord de Paris). Hospitalisé dans le coma après avoir été grièvement blessé à la tête, son état s'est peu à peu amélioré.

L'adolescent, qui vivait depuis peu avec sa famille et d'autres Roms dans une maison désaffectée de cette localité, avait été enlevé chez lui, devant ses proches, par un groupe de jeunes qui le soupçonnaient d'avoir cambriolé un appartement dans la cité.

Il était arrivé en France, sous une fausse identité, pour rejoindre ses parents après s'être enfui d'un centre psychiatrique en Roumanie. Ses agresseurs, dont le nombre n'est pas connu, n'ont pas été interpellés.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer