Source ID:; App Source:

Procès Rubygate: Silvio Berlusconi attend le verdict

Silvio Berlusconi et la jeune Marocaine Karima El... (PHOTOS ALBERTO LINGRIA ET GIUSEPPE ARESU, AFP)

Agrandir

Silvio Berlusconi et la jeune Marocaine Karima El Mahroug, alias «Ruby la voleuse de coeurs».

PHOTOS ALBERTO LINGRIA ET GIUSEPPE ARESU, AFP

Ljubomir MILASIN
Agence France-Presse
Rome

L'ancien chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi attend lundi le verdict du tribunal de Milan dans le procès Rubygate, où il est accusé d'abus de pouvoir et prostitution de mineure, une décision qui pourrait peser sur la stabilité politique de la péninsule.

Après deux ans de procès, l'audience consacrée à la décision sur le verdict a débuté peu après 7 h 30 GMT (3 h 30 au Québec) notamment avec le dépôt par la défense du Cavaliere d'un ultime «mémo» contenant ses arguments.

Très vite, les trois magistrates qui décideront du sort du magnat se sont enfermées en «chambre du conseil» pour délibérer.

Le Corriere della Sera, le premier quotidien du pays, s'est fait l'écho d'un grand pessimisme dans le camp Berlusconi, son entourage le décrivant comme d'«humeur noire, prêt au pire». En cas de condamnation «à moitié», à une peine pas trop haute, le climat pourrait se rasséréner, mais en cas de «condamnation totale et dure, personne ne se sent en mesure de parier sur la réaction du Cavaliere», selon le Corriere.

Plusieurs médias, dont le journal La Stampa, ont souligné que Silvio Berlusconi percevait son soutien au gouvernement de coalition comme une protection contre les poursuites judiciaires, mais en l'absence de cette protection «son intérêt à soutenir le gouvernement disparaîtrait».

Cette thèse a été démentie par son entourage, mais le ton est monté ces derniers jours à droite dans les critiques adressées au gouvernement à l'approche du verdict du tribunal de Milan dans le scandale sexuel Rubygate, même si les reproches formulés sont essentiellement de nature économique et sociale (exigence d'un report d'une hausse de la TVA, pressions pour supprimer définitivement une taxe foncière).

Entamé en avril 2011, le procès tourne autour des dîners à l'ambiance débridée, décrits comme des «orgies» par le parquet de Milan, organisés au printemps 2010 dans la luxueuse villa de Silvio Berlusconi à Arcore, près de Milan: les fameuses soirées «bunga-bunga», auxquelles a participé, entre autres, la jeune Marocaine Karima El Mahroug, alias «Ruby la voleuse de coeurs», qui avait 17 ans à l'époque.

Âgé de 76 ans, le Cavaliere est poursuivi pour abus de pouvoir et prostitution de mineure.

La procureure Ilda Boccassini a demandé une «peine de base de cinq ans de prison» pour le premier chef d'accusation - M. Berlusconi, alors premier ministre, aurait utilisé sa position pour faire libérer la jeune Ruby interpellée à Milan pour un larcin -, «aggravée d'un an» pour avoir rémunéré les prestations sexuelles de cette mineure, un délit en Italie.

Mme Boccassini a assorti son réquisitoire d'une sévère requête d'«interdiction à vie d'exercer toute fonction publique» à l'encontre de l'ex-président du Conseil, sénateur depuis les élections de février.

Pour sa part, la défense du Cavaliere a demandé son acquittement pur et simple.

«Silvio Berlusconi doit être acquitté car il n'a commis aucun délit», a affirmé lors d'une des dernières audiences son avocat Niccolo Ghedini, dénonçant des «préjugés» des juges et du parquet à l'encontre de son célèbre client.

La thèse de Silvio Berlusconi est que des «magistrats rouges» (communistes, ndlr) tentent, en le poursuivant sur le plan judiciaire, de se substituer aux partis politiques de gauche qui n'ont pas réussi à le battre sur le plan politique.

Le verdict arrivera quelques jours à peine après le rejet par la Cour constitutionnelle d'un recours très important pour Silvio Berlusconi, qui cherchait à obtenir l'annulation d'une condamnation pour fraude fiscale (procès Mediaset) risquant de le priver de tout mandat électoral.

Dans cette procédure, M. Berlusconi place désormais tous ses espoirs dans le verdict de Cassation attendu vers octobre/novembre pour annuler sa condamnation en appel à un an de prison et surtout à une interdiction de mandat public pendant cinq ans, qui pour cet homme de 77 ans, équivaudrait à une mort politique.

Depuis son entrée en politique en 1994, le Cavaliere a été condamné à un total de 11 ans et cinq mois de prison ferme, dont trois ans couverts par une amnistie, pour des délits comme corruption, faux en bilan, financement illicite d'un parti politique ou autre, mais aucun de ces jugements n'a jusqu'à présent été définitif, Silvio Berlusconi ayant bénéficié soit d'un acquittement soit de la prescription, tandis que pour deux d'entre eux des recours et procédures d'appels sont en cours.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer