Des affrontements interconfessionnels ont éclaté lundi soir dans les rues de Belfast, où des émeutiers protestants ont attaqué des maisons appartenant à des catholiques, ont annoncé les autorités d'Irlande du Nord.

ASSOCIATED PRESS

Plus de 100 adolescents et jeunes hommes protestants ont lancé des pierres, des briques et des bouteilles sur des propriétés catholiques. La bataille de rue est survenue autour d'une importante ligne de démarcation interconfessionnelle de l'est de Belfast et opposait des protestants de Newtownards Road à des catholiques du district de Short Strand.

Les violences sporadiques entre les deux communautés surviennent régulièrement depuis le début du conflit en Irlande du Nord, à la fin des années 1960.

Des dirigeants catholiques ont affirmé que l'attaque n'avait pas été provoquée, mais des dirigeants protestants ont indiqué que les jeunes émeutiers semblaient répliquer à des attaques de plus petite ampleur menées par de jeunes catholiques la nuit précédente.

La plupart des émeutiers avaient le visage masqué afin de ne pas être reconnus par la police dans les images de surveillance.

La police anti-émeute a séparé les protagonistes, mais s'est retrouvée au centre des attaques des deux camps.

Un véhicule de police blindé a été incendié par un cocktail Molotov, mais on ne sait pas quel camp l'a lancé.

La zone de Short Strand/Newtownards Road n'est que l'un des quelque 30 points chauds de Belfast où de hautes barricades, connues sous le nom de «lignes de paix», séparent les Irlandais catholiques des Britanniques protestants.

Ces «lignes de paix» sont de plus en plus nombreuses et imposantes malgré le succès de l'accord de paix de 1998 en Irlande du Nord, qui a mené à la formation d'un gouvernement catholique-protestant unifié, au désarmement de l'Armée républicaine irlandaise et à un plus grand soutien des catholiques envers la loi et l'ordre.

Les tensions interconfessionnelles tendent généralement à s'aggraver à l'approche du 12 juillet, une fête nationale controversée lors de laquelle des milliers de protestants membres de l'Ordre d'Orange défilent à travers le territoire britannique.

L'un des premiers défilés controversés de la saison a pris une tournure violente vendredi quand la police a empêché des orangistes de défiler dans certaines parties d'Ardoyne, un district de militants catholiques qui s'en prennent souvent aux défilés protestants qui passent dans le secteur. Quatre policiers ont été légèrement blessés.