La Corée du Nord prépare de nouveaux tirs de missiles courte portée, a rapporté mardi l'agence sud-coréenne Yonhap, alors que le président américain Barack Obama «coordonnait» avec Séoul et Tokyo une réaction à l'essai nucléaire annoncé lundi par Pyongyang et condamné par l'ONU.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le régime communiste qui a déjà procédé lundi à des tirs d'essai de trois missiles courte portée, confirmés par l'armée sud-coréenne, «semble vouloir tirer des missiles de courte portée aujourd'hui ou demain», selon l'agence de presse Yonhap, citant une source gouvernementale.

«La Corée du Nord a déclaré une zone de la mer Jaune interdite aux bateaux au large du conté de Jungsan dans la province du Sud Pyongan», a ajouté l'agence.

Selon Yonhap, le Nord s'apprête à lancer des missiles terre-mer d'une portée de 160 km, qui utilisent une technologie basée sur celle des missiles chinois Silkworm.

Après la condamnation lundi du deuxième essai nucléaire nord-coréen après celui d'octobre 2006, par le Conseil de sécurité de l'ONU, le président Obama s'est entretenu au téléphone avec son homologue sud-coréen, Lee Myung-bak, et le Premier ministre japonais, Taro Aso, pour «coordonner» une réaction, a affirmé la Maison Blanche.

Obama a parlé à Lee «pour consulter et coordonner notre réaction à l'essai nucléaire nord-coréen», a indiqué la Maison Blanche.

Les deux chefs d'Etat sont «convenus d'agir ensemble de façon rapprochée pour obtenir et appuyer une résolution forte du Conseil de sécurité de l'ONU avec des mesures concrètes pour restreindre les activités nucléaires et de lancement de missiles de la Corée du Nord», a-t-elle ajouté.

Mardi, en réaction à l'essai nucléaire, la Corée du Sud a annoncé qu'elle allait devenir membre à part entière de l'Initiative de Sécurité contre la prolifération (PSI), conduite par les Etats-Unis et visant à enrayer le trafic d'armes de destruction massive.

La Corée du Sud ne possédait auparavant que le statut d'observateur au PSI de crainte de froisser son voisin du Nord qui avait affirmé dernièrement qu'une éventuelle participation de Séoul à l'Initiative serait considérée comme une déclaration de guerre.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a condamné lundi le nouvel essai nucléaire et décidé de préparer une résolution qui devrait comporter de nouvelles sanctions à l'égard de Pyongyang.

«Les membres du Conseil ont exprimé leur ferme opposition et leur condamnation de l'essai nucléaire effectué le 25 mai 2009 par la Corée du Nord, qui constitue une claire violation de la résolution 1718», a déclaré à la presse l'ambassadeur de Russie Vitaly Tchourkine, au nom du Conseil qu'il préside en mai.

Plusieurs diplomates occidentaux ont ensuite indiqué, parfois à mots couverts, leur souhait que la future résolution comporte des sanctions nouvelles à l'encontre du régime communiste de Pyongyang.