Des rebelles syriens formés par les Américains ont remis une partie de leur équipement et munitions au Front al-Nosra, la branche syrienne d'Al-Qaïda, a reconnu vendredi le commandement des forces américaines au Moyen-Orient (Centcom).

Publié le 25 sept. 2015
AGENCE FRANCE-PRESSE

Les rebelles ont indiqué à l'armée américaine qu'ils avaient remis «six pick-ups et une partie de leurs munitions à un intermédiaire soupçonné d'appartenir au Front al-Nosra, soit à peu près 25% de leur équipement», apparemment «en échange de leur passage», a indiqué le Centcom dans un communiqué.

S'il est confirmé, ce comportement «est très préoccupant et constitue une violation des règles» du programme de formation et d'équipement des rebelles, a indiqué dans le communiqué le colonel Patrick Ryder, un porte-parole du Centcom.

L'épisode marque un nouveau coup pour la crédibilité du programme de formation et d'entraînement des rebelles syriens lancé par les États-Unis au début de l'année.

Ce programme était censé former et équiper environ 5000 rebelles par an pendant trois ans, pour se battre en Syrie contre le groupe État islamique (EI). Mais il n'a pour l'instant permis que de former deux groupes de 54 et 70 combattants, selon les chiffres du Pentagone.

Le premier groupe de 54 combattants avaient rejoint la Syrie en juillet, mais seule une dizaine d'entre eux étaient réellement sur le terrain la semaine dernière, selon le Pentagone.

Le deuxième groupe est entré en Syrie la semaine dernière. Le Pentagone avait dû démentir cette semaine qu'une partie d'entre eux avaient rejoint al-Nosra, comme l'affirmaient des informations circulant sur des réseaux sociaux.

Le Pentagone avait affirmé par la même occasion que «toutes les armes et tous les équipements» remis à ces rebelles étaient sous leur contrôle, une affirmation sur laquelle il est obligé aujourd'hui de revenir.

Le programme a été handicapé notamment par le filtrage drastique des candidats opérés par les Américains. Beaucoup d'experts estiment aussi que la volonté américaine de ne limiter le champ d'action des rebelles à la lutte contre le groupe Etat islamique a découragé beaucoup de recrues potentielles.

L'administration américaine est en train de réfléchir à sa réforme.