(Mexico) Le président du Mexique a déclaré mardi qu’il se sentait « assez bien » après avoir été testé positif la veille à la COVID-19 pour la deuxième fois, dans un pays où un responsable sanitaire a demandé aux cas présumés de ne se pas se faire tester systématiquement, même en cas de toux ou de maux de gorge.

Mis à jour le 11 janvier
Agence France-Presse

Le Mexique a enregistré un nouveau nombre record de cas confirmés en une journée (33 626) avec un nombre de décès stable (162), selon les chiffres officiels.

Et entre le 5 et le 11 janvier, 462 vols au total ont été annulés.

« Je me sens assez bien, actuellement nous n’allons pas avoir besoin d’hospitalisation », a déclaré le président Lopez Obrador, 68 ans, qui avait reçu une troisième dose de rappel AstraZeneca début décembre.

« Heureusement, il s’agit d’un variant qui n’a pas le niveau ni le degré de danger du variant Delta, je suis en train de l’expérimenter », a-t-il ajouté dans un message vidéo diffusé à l’heure de sa conférence de presse quotidienne.

Le chef de l’État a indiqué qu’il avait 36,1 de température et connu quelques symptômes, dont des « douleurs dans le corps ».

M. Lopez Obrador avait reçu un vaccin de renfort le 7 décembre, à l’ouverture de la troisième dose pour les plus de 60 ans. Il avait déjà été contaminé il y a un an.

Son responsable sanitaire Hugo Lopez-Gatell a par la même occasion déconseillé le dépistage systématique, « qui peut représenter un problème pour le monde entier, parce que la capacité de fabriquer des tests COVID-19 est limitée, non pas au Mexique, mais dans le monde entier ».

Les symptômes de la COVID-19 (toux, mal à la gorge…) peuvent être le signe « d’autres maladies respiratoires », a déclaré M. Lopez-Gatell pendant la conférence de presse, prenant son propre exemple : « j’ai eu un rhume ordinaire la semaine dernière ».

« Donc, au lieu de courir au kiosque [centre de tests] pour se faire dépister, il faut rester à la maison pour éviter de contaminer d’autres personnes », a-t-il estimé.

« Il faut surveiller notre état de santé », a-t-il toutefois ajouté, mentionnant en particulier le taux d’oxygénation.  

Le Mexique est en valeur absolue le cinquième pays le plus touché au monde avec 300 574 décès pour 4,17 millions de cas depuis mars 2020.

Après trois mois d’accalmie et de vie normale, l’épidémie est repartie en flèche avec le variant Omicron désormais dominant.