(Mexico) Une caravane de plusieurs centaines de migrants, qui traversaient le Mexique depuis le 23 octobre, est parvenue à un accord jeudi avec les autorités mexicaines après des tensions multiples avec les forces de sécurité tout au long de son parcours.

Mis à jour le 17 déc. 2021
Agence France-Presse

Les migrants ont négocié avec des représentants du ministère de l’Intérieur qui leur ont promis un « recensement » des situations particulières pour s’en « occuper opportunément ».

Au total, 17 personnes dont 13 policiers avaient été blessées dimanche soir lors de l’arrivée des migrants dans la capitale Mexico à l’occasion d’un affrontement avec les forces de sécurité, avait indiqué le gouvernement régional de la ville de Mexico.

Deux migrants cubains avaient été tués fin octobre dans le sud du pays par la Garde nationale. Ils faisaient partie de la caravane, selon les organisateurs, ce que les autorités n’ont pas confirmé. Le président Andres Manuel Lopez Obrador a demandé que les responsables soient traduits en justice.

Les migrants étaient partis de la frontière avec le Guatemala.

L’accord en sept points prévoit l’élaboration d’une « liste des membres de la caravane », en donnant « la priorité aux enfants », indique un communiqué du ministère de l’Intérieur. Les migrants devront préciser s’ils souhaitent rester au Mexique ou simplement y transiter.

Le 17 janvier, les autorités installeront une « table permanente » pour étudier les situations migratoires.

Cet accord met fin à la caravane, a déclaré son leader, Irineo Mujica, un Mexicain qui avait tenu des propos très durs contre les autorités de son pays.

Fin novembre, le gouvernement avait concédé 2500 visas humanitaires à une autre caravane de migrants.

Les migrants qui traversent le Mexique pour rejoindre les États-Unis s’organisent en caravane depuis quelques années pour se protéger autant des coups de filet des autorités que des réseaux criminels des passeurs.

D’autres tentent toujours de gagner les États-Unis en s’en remettant aux passeurs moyennant de fortes sommes d’argent et un voyage dans des conditions inhumaines.

Le 9 décembre, 56 migrants, originaires en majorité du Guatemala voisin, sont morts dans l’accident d’un camion qui s’est renversé au Chiapas.  

Un migrant a raconté qu’il s’était entendu avec les passeurs sur un prix de 13 000 dollars pour aller du Guatemala à Houston, a rapporté le journal espagnol El Pais.

Confronté à la fermeté des États-Unis, le Mexique fait face cette année à des flux records, avec 190 000 personnes sans papiers recensées entre janvier et septembre, soit trois fois plus qu’en 2020.