(Washington) Le baron colombien du trafic de cocaïne Dairo Antonio Usuga pourrait retrouver des visages familiers en cas d’extradition vers les États-Unis après sa capture, beaucoup de membres de son cartel, y compris certains de ses cousins, ayant déjà fait le trajet.

Paul HANDLEY Agence France-Presse

Les autorités colombiennes ont annoncé samedi l’arrestation de Dairo Antonio Usuga, surnommé « Otoniel », dont l’organisation a potentiellement exporté plus de 100 tonnes de cocaïne à travers le monde lors des 20 dernières années.

Les États-Unis offraient une récompense de 5 millions de dollars pour la capture d’« Otoniel » et devraient chercher à obtenir son extradition.

En cas de succès, ce serait la dernière extradition en date d’une longue liste de membres du « Clan del Golfo », après une longue campagne menée par les autorités colombiennes et américaines pour mettre à genoux le cartel.

La première inculpation d'Otoniel remonte à 2009, à New York, quand il n’était considéré que comme un adjoint de Daniel Rendon Herrera, dirigeant d’un trafic de cocaïne de taille plus modeste.

Ce dernier a été arrêté la même année par les autorités colombiennes, laissant Otoniel comme chef.

Le cartel, nommé à ce moment-là Los Urabenos d’après la région d’où il opérait près de la frontière panaméenne, a pris de l’ampleur après que les États-Unis ont aidé la Colombie à écraser des trafiquants rivaux, Los Rastrojos, en 2012.

Los Urabenos est ainsi devenu le principal cartel colombien, connu pour ses dizaines de meurtres violents de rivaux ainsi que pour son écoulement de tonnes de drogue sur les marchés mondiaux.

Washington a un temps considéré Usuga, Rendon Herrera et leur cartel comme figurant parmi « les plus grandes menaces » au monde en matière de crime organisé transnational.

Début de la fin

Les autorités américaines accusent le duo formé par Otoniel et Rendon Herrera, ainsi que 15 autres personnes, d’avoir exporté quelque 73 tonnes de cocaïne aux États-Unis entre 2003 et 2012.

Et conformément au principe de « juridiction extraterritoriale », ils ont également été inculpés de plusieurs meurtres ayant eu lieu en dehors des États-Unis, commis sur des dirigeants et des membres de cartels rivaux.

Daniel Rendon Herrera a été extradé en 2018 vers les États-Unis, cette année marquant également le début de la fin pour le cartel « Clan del Golfo » de Dairo Antonio Usuga.  

L’un après l’autre, des membres du cartel, parfois appartenant à la famille d’Otoniel, ont été arrêtés et extradés aux États-Unis pour faire face à la justice américaine.

En 2018, Henry de Jesus Lopez Londono, l’une des principales figures du cartel, a été condamné à 31 ans de prison aux États-Unis.

L’un des cousins d’Otoniel, Joaquin Guillermo David Usuga, également l’un des principaux dirigeants du « Clan del Golfo », a été extradé en décembre 2019 vers le Texas. La semaine dernière, il a plaidé coupable pour trafic de drogue et encourt une peine allant de 10 ans de prison à la perpétuité.

Un autre cousin d’Otoniel, Javier Dario Usuga Murillo, a été capturé et extradé en 2019, tandis qu’un autre cousin encore, Harlinson Usuga Usuga, a été condamné en septembre à plus de 12 ans de prison pour son rôle dans l’envoi de la drogue vers les États-Unis.

La sœur d’Otoniel, Nini Johana Usuga, surnommée « La Negra », a été arrêtée en Colombie cette année. Inculpée à Miami pour trafic de drogue, elle pourrait également être extradée vers les États-Unis selon les médias locaux. Le ministère de la Justice américain n’avait pas répondu lundi aux sollicitations sur son cas.