(Brasilia) Le député Eduardo Bolsonaro, fils du président brésilien Jair Bolsonaro, a annoncé vendredi avoir été testé positif à la COVID-19, le troisième cas de contamination de la délégation brésilienne à l’Assemblée générale de l’ONU à New York.

Agence France-Presse

« Je me sens bien et j’ai commencé un traitement », a écrit sur Twitter le parlementaire de 37 ans, qui a remis en cause l’exigence du passeport sanitaire imposée par certaines villes du Brésil, comme Rio de Janeiro ou Sao Paulo.

« On sait que les vaccins ont été développés plus vite que la normale. J’ai reçu la première dose du vaccin de Pfizer et j’ai attrappé la COVID-19. Ça veut dire que le vaccin est inutile ? Non. Mais je crois que c’est un argument de plus contre le passeport sanitaire », a-t-il affirmé.

Autre membre de la délégation brésilienne à l’ONU, le ministre de la Santé, Marcelo Queiroga, a aussi été contaminé par le virus. Il a été testé positif à New York, après l’Assemblée générale, et a dû rester en quarantaine dans un hôtel de la métropole américaine.

Le premier cas était un diplomate qui était arrivé à New York un jour avant le président brésilien.

Jair Bolsonaro sans masque à New York

Non vacciné contre la COVID-19, Jair Bolsonaro a été vu à plusieurs reprises sans masque pendant son séjour new-yorkais.  

Dimanche soir, peu après son arrivée aux États-Unis, des photos publiées sur les réseaux sociaux par deux ministres ont montré le président d’extrême droite dînant d’une pizza dans la rue. Une facétie attribuée par les médias brésiliens à son refus du vaccin, qui l’empêchait d’avoir le passeport sanitaire nécessaire pour entrer dans les restaurants.

De retour au Brésil depuis mercredi, Jair Bolsonaro est à l’isolement dans sa résidence officielle du Palais de l’Alvorada de Brasilia, pour avoir été cas contact du ministre Queiroga.  

Il doit subir un nouveau test PCR ce week-end : en cas de résultat négatif, il pourra reprendre ses activités normales.