(Mexico) Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador a appelé jeudi son homologue américain Joe Biden, à mettre fin aux sanctions économiques sur Cuba.

Agence France-Presse

M. Lopez Obrador s’adressait à son homologue cubain, Miguel Díaz-Canel, invité d’honneur du défilé militaire célébrant le 211e anniversaire du début de la lutte pour l’indépendance du Mexique.

PHOTO ALFREDO ESTRELLA, AGENCE FRANCE-PRESSE

Le président de Cuba Miguel Diaz-Canel (à gauche) et le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador lors d’une cérémonie marquant le 211e anniversaire de l’indépendance du Mexique.

« J’espère que le président Biden, qui a suffisamment de sensibilité politique, agira avec la grandeur qui lui sied et mettra fin pour toujours à la politique de récrimination contre Cuba », a déclaré le leader de gauche.

M. Díaz-Canel a remercié le Mexique pour sa « solidarité » à un moment où Cuba fait face, a-t-il dit, à « l’assaut d’une guerre multidimensionnelle » avec le renforcement du blocus économique et une « campagne agressive de haine, de désinformation, de manipulation et de mensonges » sur les réseaux sociaux, en plus de la pandémie de COVID-19.

Le président cubain est au Mexique pour son premier voyage à l’étranger depuis les manifestations qui ont secoué l’île en juillet et qui ont fait un mort, des dizaines de blessés et des centaines de détenus.

M. Lopez Obrador a également demandé « respectueusement » à Washington de lever l’embargo contre Cuba, estimant qu’« aucun État n’a le droit d’assujettir un autre peuple, un autre pays ».  

Il a ajouté que ces mesures entravent le bien-être du peuple cubain « de sorte que celui-ci, contraint par la nécessité, affronte son propre gouvernement ».

« Si cette stratégie mauvaise devait réussir […] elle deviendrait un vil et méprisable triomphe à la Pyrrhus », a souligné Lopez Obrador.

Le jour de l’indépendance est férié au Mexique et marqué par un défilé militaire.

C’est la première fois dans la période récente que le président invite un dirigeant étranger à assister au défilé et que des discours sont prononcés.

Historiquement, le Mexique et Cuba entretiennent des liens étroits. C’est dans la capitale mexicaine que le défunt leader cubain Fidel Castro et le guérillero argentin Ernesto « Che » Guevara se sont rencontrés.

C’est également au Mexique que les expéditionnaires dirigés par Castro et Guevara, partis à bord du navire Granma en novembre 1956 de Tuxpan, dans le golfe du Mexique, pour renverser le gouvernement de Fulgencio Batista, ont préparé leur expédition.

Le Mexique était le seul pays à maintenir des relations diplomatiques avec Cuba après l’expulsion de l’île de l’Organisation des États américains (OEA) en 1962.  

M. Díaz-Canel participera également au sixième sommet de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes, qui se tiendra samedi à Mexico.