(Lima) Le tribunal électoral péruvien prévoit de proclamer le vainqueur du second tour de l’élection présidentielle le 20 juillet, départageant la candidate de droite Keiko Fujimori de son rival de gauche Pedro Castillo, huit jours avant l’expiration du mandat du président par intérim Francisco Sagasti.

Agence France-Presse

« Nous espérons avoir l’acte général de proclamation déjà approuvé mardi de la semaine prochaine [20 juillet] », a déclaré mardi Alexandra Marallano, conseillère à la présidence du Jury national des élections (JNE), l’institution qui doit proclamer le vainqueur.  

« Il y aura une résolution clôturant le processus électoral qui dira qui sont les gagnants et la composition du nouveau gouvernement », a-t-elle ajouté, citée par l’agence de presse étatique Andina.   

Le JNE, qui a examiné les contestations des votes, avait prévu de proclamer le nouveau chef de l’état le 15 juillet, mais le retard de l’un de ses quatre magistrats à signer le procès-verbal a conduit à un nouveau report.  

Après cinq ans de bouleversements politiques qui ont conduit le Pérou à avoir trois présidents en cinq jours en novembre 2020, le pays vit sous tension depuis le scrutin du 6 juin en raison du retard dans l’annonce officielle du vainqueur et des accusations de « fraude » de Keiko Fujimori à l’encontre de son rival, bien qu’elle n’ait pas fourni de preuves convaincantes.  

Le décompte de l’organisme électoral (ONPE), qui a atteint 100 % il y a quatre semaines, a donné à Pedro Castillo 50,12 % des voix contre 49,87 % pour Keiko Fujimori.  

Le vainqueur doit prendre ses fonctions le 28 juillet, jour de l’expiration du mandat de M. Sagasti et de la commémoration du bicentenaire de l’indépendance du Pérou.