(Caracas) Les deux ex-soldats américains arrêtés au Venezuela lundi pour avoir tenté d’« envahir » le pays sud-américain et renverser Nicolas Maduro ont été inculpés pour « terrorisme » et « conspiration », a annoncé le procureur général du Venezuela vendredi.

Agence France-Presse

Luke Denman, 34 ans, et Airan Berry, 41 ans, sont accusés de « terrorisme, conspiration, trafic d’armes de guerre et association » de malfaiteurs, des chefs d’inculpation qui peuvent leur valoir jusqu’à 30 ans de prison s’ils sont reconnus coupables, a déclaré Tarek William Saab lors d’une intervention télévisée.

PHOTO FOURNIE PAR LE PALAIS MIRAFLORES VIA AFP

Le passeport saisi de Luke Deman

PHOTO FOURNIE PAR LE PALAIS MIRAFLORES VIA AFP

Le passeport saisi d'Airan Berry

Il n’a en revanche pas évoqué une éventuelle inculpation ou interpellation du chef de file de l’opposition vénézuélienne Juan Guaidó, que le président Nicolas Maduro accuse d’avoir monté l’opération avec un ancien soldat américain, Jordan Goudreau, et un Vénézuélien de Miami, Juan José Rendon, pour fomenter ce « coup d’État » à son encontre.  

Le président américain Donald Trump a assuré un peu plus tôt vendredi que les États-Unis n’étaient pas derrière l’opération avortée. Et son secrétaire d’État Mike Pompeo a affirmé que Washington ferait tout pour rapatrier Luke Denman et Airan Berry, deux anciens soldats des forces spéciales américaines.

Pour l’heure, 31 « mercenaires » ont été arrêtés, dont les deux Américains, a également indiqué le procureur vénézuélien. Il a annoncé que le Venezuela allait émettre un mandat d’arrêt international contre Jordan Goudreau et Juan José Rendon, qui se trouvent tous deux hors du Venezuela.  

Juan José Rendon a reconnu dans un entretien à CNN avoir signé un contrat avec Jordan Goudreau, un ancien « béret vert » qui a fondé la société de sécurité privée SilvercorpUSA, pour « étudier la capture et le transfert » de Nicolas Maduro. Mais il assure que le feu vert n’a pas été donné à Goudreau pour mettre en branle l’opération et que Juan Guaidó n’était pas au courant.

Nicolas Maduro affirme, lui, être certain que Donald Trump a « dirigé directement » cette « invasion » tuée dans l’œuf dimanche à Macuto, à moins d’une heure de route de Caracas sur la côte caraïbe.

PHOTO MATIAS DELACROIX, ASSOCIATED PRESS

Des membres des forces armées regardent un bateau qui aurait servi à une « tentative d’invasion par la mer », dimanche à La Guaira.

Les deux Américains ont été arrêtés le lendemain, lundi, dans le village côtier de Chuao, à environ 80 km à l’ouest de Caracas.

L’administration Trump tente d’évincer le « dictateur » Nicolas Maduro auquel elle nie toute légitimité, estimant, comme près d’une soixantaine de pays, que l’opposant Juan Guaidó est le président par intérim du Venezuela.  

Nicolas Maduro, au pouvoir depuis 2013, jouit du soutien de Cuba, de la Chine et de la Russie.