(Mexico) Le président élu américain Joe Biden et le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador ont eu une première conversation téléphonique, abordant des questions importantes pour leurs pays voisins telles que les migrations transfrontalières, la lutte anti-Covid et le commerce bilatéral, ont informé leurs gouvernements.

Agence France-Presse

Joe Biden, qui doit devenir président des États-Unis le 20 janvier, « a souligné la nécessité de revitaliser la coopération entre les États-Unis et le Mexique, pour garantir une migration sûre et ordonnée, contenir la COVID-19, régénérer les économies de l’Amérique du Nord et sécuriser » la frontière commune, a indiqué l’équipe du démocrate dans un communiqué.  

« Les deux dirigeants ont constaté une volonté commune de s’attaquer aux causes profondes de la migration au Salvador, au Guatemala, au Honduras et dans le sud du Mexique, et de construire un avenir plus prometteur et plus sûr pour la région », selon ce texte.

« Nous réaffirmons l’engagement de travailler ensemble au bien-être de nos peuples et de nos nations », a écrit M. Lopez Obrador sur son compte Twitter.

« Il y aura une large coopération bilatérale et de très bonnes relations entre les présidents du Mexique et des États-Unis. Bonne nouvelle ! » s’est félicité le chef de la diplomatie mexicaine, Marcelo Ebrard, sur Twitter.

M. Ebrard a assuré que les deux hommes avaient eu une « conversation cordiale ».

Il s’agit du premier contact téléphonique entre eux, alors que M. Lopez Obrador avait été l’un des derniers dirigeants au monde à féliciter Joe Biden pour sa victoire électorale. Il avait attendu que le succès du candidat démocrate soit ratifiée par le Collège électoral, ce qui avait été critiqué par des analystes et des personnalités politiques de l’opposition mexicaine.

Selon le communiqué de l’équipe de M. Biden, tous deux ont convenu de la nécessité de collaborer à une « nouvelle approche de la migration régionale qui puisse offrir une alternative au voyage dangereux vers les États-Unis ».

Quand des milliers d’habitants d’Amérique centrale avaient formé une caravane de migrants vers les États-Unis en 2018, le président Donald Trump avait fait pression pour imposer des droits de douane sur les exportations du Mexique si le gouvernement mexicain ne stoppait pas ce flux migratoire.

M. Lopez Obrador, élu à la tête du Mexique en 2018, a entretenu une relation étroite avec lui, en dépit des tensions.

M. Trump s’était notamment fait élire en 2016 sur la promesse de construire un mur à la frontière avec le Mexique, avec un discours contre l’immigration clandestine dans lequel il avait qualifié les Mexicains de « violeurs », « criminels » et « fournisseurs de drogue ».

Durant la présidence Trump, Mexico et Washington ont cependant consolidé leurs relations commerciales.

La sécurité et le commerce sont notamment au centre des préoccupations bilatérales, en particulier à la suite de l’entrée en vigueur récente du nouvel accord commercial nord-américain AEUMC (États-Unis, Mexique, Canada), qui avait remplacé l’ALENA.

Plus de 80 % des exportations mexicaines sont à destination des États-Unis, selon des chiffres officiels.