(Mexico) La police mexicaine a annoncé avoir arrêté une vingtaine de suspects pour l’attaque menée vendredi en plein cœur de la capitale contre le responsable de la sécurité de Mexico.

Agence France-Presse

Parmi les personnes arrêtées figure un homme que les services de sécurité considèrent comme « l’un des principaux responsables du groupe » qui a mené l’attaque.

Celle-ci a blessé le chef de la sécurité de la capitale, Mexico, Omar Garcia Harfuch,  âgé de 38 ans et en poste depuis octobre 2019, et tué deux des hommes qui l’accompagnaient ainsi qu’une passante.

Les caméras de sécurité ont enregistré la préparation de l’attaque, qui a eu lieu à 6 h 38 locales (7 h 38 HE) dans un quartier résidentiel de la capitale.

On y voit un camion s’arrêter sur le Paseo de la Reforma, une avenue centrale du quartier luxueux de Lomas de Chapultepec, et une vingtaine d’individus en descendre avec des armes longues et se placer en embuscade, selon les images montrées par la télévision Televisa.

PHOTO REBECCA BLACKWELL, ASSOCIATED PRESS

Le camion utilisé par les suspects a été laissé sur place.

D’autres restent manifestement dans le camion, d’où ils organisent l’attente de la cible.

Selon les services de sécurité, les attaquants avaient des armes de gros calibre, y compris un Barrett, fusil de tireur d'élite très puissant.

Au moins 28 personnes ont participé à l’attaque, ont-ils estimé, ajoutant que des grenades avaient également été utilisées.

Après l’attaque, on pouvait voir sur place le sol parsemé de centaines de douilles ainsi que d’éclats et de fragments de grenades.

PHOTO LUIS CORTES, REUTERS

Les proches d'une femme tuée lors de l'attaque pleure sa mort.

Puissance de feu

Cette attaque a été menée « par une importante organisation criminelle, étant donnée la puissance de feu déployée », a déclaré tard dans la soirée le ministre de la Sécurité, Alfonso Durazo.

Il a en revanche estimé que la piste du CJNG (le cartel Jalisco Nueva Generacion) évoquée vendredi n’était qu’une des pistes possibles.

M. Garcia Harfuch avait en effet tweeté depuis l’hôpital, d’abord pour annoncer que malgré « trois blessures par balle et plusieurs éclats dans le corps », il était « hors de danger ». Puis, quelques heures plus tard, pour mettre en cause ce cartel de drogue particulièrement meurtrier et l’un plus actifs dans la capitale.

Cette attaque intervient en effet au lendemain d’une annonce du gouvernement mexicain sur les zones d’influence des cartels de narcotrafiquants dans la mégapole mexicaine.

Dans la vallée de Mexico, composée de la capitale et de sa vaste zone métropolitaine, six cartels sont actifs, avait déclaré jeudi le secrétaire à la Défense nationale, Luis Crescencio Sandoval.

Mais les forces de sécurité avaient également reçu la semaine dernière des menaces visant ses responsables de la part d’un groupe criminel non identifié, a indiqué M. Durazo.

Et M. Garcia Harfuch avait mené ces derniers temps une campagne importante contre la délinquance organisée, avec de nombreuses arrestations de chefs.

Malgré la criminalité croissante qui frappe le Mexique depuis plus d’une décennie, la capitale reste relativement calme par rapport aux autres régions du pays, où les cartels ont plus d’influence et agissent en toute impunité.