(Brasilia) Un Brésilien qui oeuvrait dans la défense des peuples autochtones en Amazonie a été tué par balles, a annoncé l’organisme public chargé des affaires indigènes, pour lequel la victime travaillait occasionnellement.

Agence France-Presse

La Fondation de l’Indien (FUNAI) a fait part dans un communiqué de sa «tristesse face à l’assassinat de Maxciel Pereira dos Santos», qui avait pris part à des missions de l’organisme à Tabatinga, petite ville située proche de la frontière avec le Pérou et la Colombie.

D’après l’association Indigenistas Associados, qui regroupe des collaborateurs de la FUNAI, la victime a été tuée «devant sa famille».

Cette association fait part d’«indices» selon lesquels l’assassinat aurait été perpétré «en raison de son combat contre les pratiques illicites dans le territoire indigène du Vale do Javari», a ajouté l’association sur son site.

Maxciel Pereira dos Santos travaillait depuis plus de 12 ans pour la FUNAI dans des missions de «protection et promotion des droits des peuples autochtones».

Le territoire du Vale do Javari, qui regroupe «le plus grand nombre d’indigènes isolés au monde» est régulièrement la cible de «braconnage, d’orpaillage et d’exploration illégale de bois», a indiqué Indigenistas Associados.

À quelques kilomètres de la ville de Tabatinga, où Maxciel Pereira dos Santos a été tué, les représentants de sept pays sud-américains se réunissaient le même jour à Leticia, ville frontalière colombienne, pour discuter des mesures de préservation de la forêt amazonienne.  

Le gouvernement du président brésilien d’extrême droite Jair Bolsonaro a été vivement mis en cause ces dernières semaines par la communauté internationale en raison de la recrudescence de la déforestation et des incendies en Amazonie.