Source ID:4d49fe6d46633a7c890ab4a094a72768; App Source:StoryBuilder

Mike Pence à l'opposition au Venezuela: «Nous sommes avec vous»

« Au nom du président Donald Trump et de... (Photo SAUL LOEB, Agence France-Presse)

Agrandir

« Au nom du président Donald Trump et de tous les Américains, laissez-moi exprimer le soutien indéfectible des États-Unis au moment où vous, le peuple du Venezuela, donnez de la voix pour réclamer la liberté », a déclaré Mike Pence dans une brève vidéo diffusée sur Twitter.

Photo SAUL LOEB, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le vice-président américain Mike Pence a affiché mardi sa solidarité avec la manifestation prévue mercredi au Venezuela, à l'appel de l'opposition, pour exiger un gouvernement de transition et l'organisation d'élections libres.

« Au nom du président Donald Trump et de tous les Américains, laissez-moi exprimer le soutien indéfectible des États-Unis au moment où vous, le peuple du Venezuela, donnez de la voix pour réclamer la liberté », a déclaré M. Pence dans une brève vidéo diffusée sur Twitter.

« Estamos con ustedes, nous sommes avec vous », a ajouté le vice-président, s'exprimant tour à tour en espagnol et en anglais.

La manifestation de mercredi sera la première mobilisation d'envergure après les grandes manifestations de 2017 qui ont fait quelque 125 morts.

Reprenant l'offensive ces dernières semaines, l'opposition vénézuélienne, majoritaire au Parlement, a déclaré illégitime le deuxième mandat du président Nicolas Maduro.

« Nicolas Maduro est un dictateur [...] Il n'a jamais remporté la présidence lors d'élections libres et équitables », a ajouté M. Pence dans son message.

« Les États-Unis se joignent à tous les pays épris de liberté pour reconnaitre l'Assemblée nationale comme le dernier vestige de démocratie dans votre pays », ajoute-t-il, louant une nouvelle fois l'attitude « courageuse » de son président, l'opposant Juan Guaido.

Au lendemain de l'investiture de Nicolas Maduro pour un second mandat contesté de six ans, Juan Guaido avait déclaré que la Constitution vénézuélienne lui donnait la légitimité pour assumer le pouvoir dans le cadre d'un gouvernement de transition. Il a été brièvement arrêté avant d'être libéré.

Depuis l'installation des députés début 2016, les décisions du Parlement sont systématiquement annulées par la Cour suprême, composée de fidèles du régime.  

Dans la pratique, le Parlement a été remplacé par une Assemblée constituante 100 % chaviste (du nom de l'ancien président Hugo Chavez).




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer