Le président vénézuélien Nicolas Maduro a qualifié mercredi le vice-président américain Mike Pence, en tournée en Amérique latine, de «serpent venimeux», et accusé l'Union europénne, qui vient d'élargir ses sanctions contre Caracas, de «s'agenouiller» devant les États-Unis.

Publié le 27 juin 2018
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Chaque fois que ce serpent venimeux de Mike Pence ouvre la bouche, je me sens conforté dans la voie qui j'ai choisie», a raillé le chef de l'État socialiste lors d'un discours télévisé.

Mercredi, Mike Pence a dénoncé l'«impact dévastateur de la dictature» de M. Maduro, lors d'une visite dans un centre d'accueil pour migrants vénézuéliens à Manaos, au Brésil.

«Nous t'avons vaincu et nous allons te vaincre, où que tu sois, où que tu ailles, Mike Pence», lui a répondu Nicolas Maduro.

Le successeur de Hugo Chavez s'en est pris également à la récente décision de l'Union européenne d'ajouter 11 nouveaux noms à la liste des responsables vénézuéliens frappés de sanctions.

L'UE «s'agenouille devant Donald Trump», dans le but de «faire main basse» sur les richesses naturelles du pays, doté des plus importantes réserves pétrolières au monde, a accusé M. Maduro.