Le cartel des Zetas pourrait être derrière l'évasion massive lundi de la prison de Piedras Negras, au nord du Mexique, a indiqué mardi José Luis Moran, responsable de la sécurité publique de l'État de Coahuila.

Publié le 18 sept. 2012
AGENCE FRANCE-PRESSE

«L'enquête s'oriente vers la piste du Cartel des Zetas qui a pu organiser cette évasion parce que les prisonniers qui se sont échappés et étaient détenus pour des crimes fédéraux avaient des liens avec ce groupe», a dit M. Moran à des journalistes.

Il a précisé que le nombre de fugitifs recherchés était passé à 131, contre 132 d'après les premiers décomptes diffusés par les autorités.

M. Moran a souligné que l'hypothèse de la responsabilité des Zetas «se renforce parce que nos agents venus en renfort ont été attaqués avec des armes de gros calibre et des grenades par des hommes armés qui tentaient d'éviter que ce renfort arrive à destination».

Les évasions se sont multipliées ces dernières années dans les États du nord et de l'est du Mexique, principalement dans les zones où opère le cartel des Zetas, le groupe criminel le plus violent du Mexique, créé à la fin des années 1990 par d'anciens militaires d'élite de l'armée mexicaine.

Quelque cinq mille policiers et militaires appuyé par un hélicoptère sont lancés à la recherche des fugitifs qui se sont enfuis lundi en plein jour par un tunnel creusé depuis un ancien atelier de menuiserie.

Des barrages de policiers et de militaires fouillent minutieusement les véhicules aux différents points d'entrée à Piedras Negras, une ville de 150 000 habitants proche de la frontière avec les États-Unis.

Du côté américain, des hélicoptères du Département de sécurité intérieure pouvaient être observés de Piedras Negras, apparemment pour prévenir le passage des fugitifs de l'autre côté de la frontière.