Les cadavres de 35 personnes, ceux de délinquants répertoriés par la police pour la plupart, ont été découverts mardi dans deux camionnettes abandonnées sous un pont de la zone métropolitaine de Veracruz, ville portuaire de l'est du Mexique.

AGENCE FRANCE-PRESSE

«Nous avons 35 morts en ce moment», a indiqué à l'AFP un fonctionnaire des services du procureur de l'État de Veracruz sous couvert d'anonymat, précisant qu'il s'agissait de 23 hommes et 12 femmes.

«Presque 95% d'entre eux ont été identifiés», et nous avons établi que «presque tous présentaient des antécédents en rapport avec le crime organisé, comme des faits d'enlèvement, d'extorsion, d'homicide, de revente de drogue et de vol de véhicules», a déclaré le procureur de l'État de Veracruz, Reynaldo Escobar, à la chaîne Televisa.

Sur les 23 hommes et 12 femmes retrouvés morts, seuls deux n'avaient pas d'antécédents criminels et étaient déclarés disparus, a-t-il ajouté, précisant que figuraient parmi les corps ceux de deux mineurs âgés entre 15 et 17 ans.

Des images diffusées par la télévision ont montré des corps dans les deux camionnettes et d'autres à même la rue, recouverts de plastique bleu.

Sur les 35 cadavres, sept d'entre eux avaient été formellement identifiés mardi à 22h30, heure locale (23h30, heure de Montréal), dont ceux de plusieurs personnes ayant des antécédents judiciaires, a indiqué à la presse le procureur de l'État de Veracruz, Reynaldo Escobar.

«On a pu confirmer grâce à la base de données de la police qu'ils avaient des antécédents pénaux et se consacraient à des activités comme l'enlèvement, le racket, l'homicide, le trafic de drogue, entre autres», avait indiqué auparavant Escobar lors d'une conférence de presse à Xalapa, capitale de l'État de Veracruz, située à 400 km à l'est de Mexico.

«Tous doivent appartenir à la même organisation» criminelle, a-t-il par ailleurs estimé dans des déclarations au quotidien Milenio.

La découverte macabre a eu lieu à 20 mètres seulement d'une place très fréquentée de la municipalité de Boca del Rio, 140 000 habitants, située à l'intérieur de la zone métropolitaine de Veracruz.

La veille, 32 prisonniers s'étaient évadés de trois établissements pénitentiaires de l'État de Veracruz, dont 14 ont été repris, mais le procureur a exclu tout rapport avec les corps retrouvés mardi.

L'État de Veracruz, situé sur le golfe du Mexique, est devenu depuis un an un bastion du cartel des «Zetas», le groupe criminel considéré comme le plus violent du Mexique.

Le port de Veracruz, un des plus importants du Mexique, a été cette année le théâtre de fusillades, d'incendies de taxis, d'attaques contre des civils et on y a compté trois journalistes assassinés.

Les «Zetas», dirigés par d'anciens militaires d'élite de l'armée mexicaine, s'y sont implantés en raison de l'offensive menée contre eux par l'armée dans leur État d'origine, le Tamaulipas, situé plus au nord, à la frontière avec les États-Unis, selon les autorités.

Ils ont étendu leur influence le long de la côte est du Mexique depuis la frontière américaine jusqu'au Guatemala.

Selon les autorités, les Zetas sont responsables de l'incendie criminel le 26 août du casino Royale de Monterrey, ville industrielle du nord du Mexique, qui a provoqué la mort de 52 personnes, dont une majorité de femmes.