Le président socialiste de Bolivie, Evo Morales, a demandé lundi qu'on retire le Prix Nobel de la Paix au président des États-Unis Barack Obama, selon lui indigne du prix pour «promouvoir la violence», à travers l'intervention militaire en Libye.    

Publié le 21 mars 2011
AGENCE FRANCE-PRESSE

«Il y a deux ans, on apprenait que le président Barack Obama avait gagné le Prix Nobel de la paix, mais en ce moment est-ce qu'il défend la paix, ou est-ce qu'il encourage plutôt la violence?» a demande Morales, un des gouvernants de la gauche radicale latino-américaine, virulent critique de Washington.

«Comment est-ce possible qu'un Prix Nobel de la Paix puisse initier une invasion, un bombardement? C'est de la délinquance, c'est un assaut, une agression», a ajouté le président bolivien, qui s'exprimait à des journalistes à La Paz.

«Pour cela, on devrait retirer le Prix Nobel de la Paix au président des États-Unis», a-t-il poursuivi.

Evo Morales, dont le pays a établi des relations diplomatiques avec la Libye en 2008 et qui s'était rendu alors dans ce pays, a dès le début de la crise libyenne rejeté le principe d'une intervention militaire, estimant qu'elle n'est «pas la solution» et allait entraîner «davantage de morts».

Il a jugé qu'une intervention des États-Unis ou de l'OTAN en Libye ne vise pas à protéger des vies mais «s'approprier les ressources naturelles de ce pays» riche en pétrole.