La mise aux enchères de la propriété du pédophile meurtrier Marc Dutroux scandalise la Belgique.

Mis à jour le 3 oct. 2008
CYBERPRESSE

«Vend pour 70 000 euros vaste maison avec parties en ruine. Habitation à rénover. Atelier. Pâture avec terrain. Centre ville». L'annonce apparemment anodine a fait bondir le bourgmestre (maire) de Sars-La-Buissière. Car la maison qui se trouve au 43 rue de Rubignies de ce village du sud de la Belgique n'est autre que la demeure du pédophile Marc Dutroux, condamné à la prison à perpétuité pour l'enlèvement et le viol de six jeunes filles belges. Quatre d'entre elles avaient trouvé la mort pendant leur captivité.

C'est dans ce pavillon, désormais en ruines et laissé à l'abandon qui domine un terrain de 4 168 m², qu'ont été retrouvés en 1996 les corps de deux de ses victimes, Julie et Melissa. Marc Dutroux avait enlevé les deux fillettes en 1995 et les avait emprisonnées dans une cellule qu'il avait aménagée dans la cave de la demeure, où les deux amies sont mortes de faim. Leur tortionnaire a toujours clamé, pour sa défense, que Julie et Melissa avaient succombé alors qu'il purgeait une peine de prison pendant l'hiver 1995 et qu'il n'avait pu s'en occuper.

À lire sur Le Figaro