(Genève) Le chef de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) Tedros Adhanom Ghebreyesus a annoncé samedi avoir rencontré le premier ministre chinois Li Keqiang pour discuter de la COVID-19 et en particulier de l’enquête, toujours bloquée, sur les origines de la pandémie.  

Publié le 5 février
Agence France-Presse

« Je suis heureux d’avoir rencontré le premier ministre chinois Li Keqiang. Nous avons discuté de la COVID-19 et de la nécessité d’un effort agressif en matière d’équité vaccinale cette année pour vacciner 70 % de la population » mondiale, a tweeté le Dr Tedros, en visite à Pékin pour les Jeux olympiques d’hiver de 2022.  

« Nous avons également discuté de la nécessité d’une collaboration plus étroite » pour découvrir « les origines du virus, en s’appuyant sur la science et les preuves », a-t-il poursuivi.   

Il s’agit de la première visite du chef de l’OMS en Chine depuis janvier 2020, quelques semaines après l’identification des premiers malades du coronavirus dans la ville de Wuhan.

PHOTO ANDY WONG, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Le premier ministre chinois Li Keqiang

Des experts internationaux de l’OMS s’étaient rendus à Wuhan en janvier 2021 pour identifier les origines du virus, en coopération avec leurs homologues chinois.  

Dans une enquête commune rendue publique en mars 2021, ils avaient jugé « extrêmement improbable » que le virus provienne d’un laboratoire, privilégiant la piste d’une contamination naturelle par des animaux.

Le Dr Tedros avait par la suite évoqué un manque de partage par Pékin de « données brutes » sur le virus, constituant selon lui un « problème » pour retracer l’origine de l’épidémie.

Deux ans après le début de la pandémie, les scientifiques peinent toujours à en retracer l’origine.  

L’OMS, dont le siège est à Genève, a créé une nouvelle équipe de scientifiques pour relancer l’enquête et étudier d’autres agents pathogènes susceptibles de déclencher de futures pandémies. La Chine a toutefois rejeté les appels à poursuivre la recherche sur le terrain.