(Cité du Vatican) Le pape François a invité vendredi les fidèles à « aimer la petitesse » dans un nouveau plaidoyer pour l’humilité lors de la traditionnelle messe de la nuit de Noël, dans la basilique Saint-Pierre de Rome.

Publié le 24 déc. 2021
Agence France-Presse

Quelque 2000 personnes, selon la salle de presse du Vatican, ont assisté à cette célébration, masquées et assises à distance les unes des autres.

Des ambassadeurs et représentants d’autres confessions chrétiennes ont également assisté à la cérémonie, célébrée dans plusieurs langues en présence de plus de 200 prêtres, évêques et cardinaux, masqués eux aussi. Quelques dizaines de personnes n’ayant pas obtenu de billet ont suivi la messe à l’extérieur, sur la place Saint-Pierre, via des écrans géants.

PHOTO ALESSANDRA TARANTINO, ASSOCIATED PRESS

La messe a été célébrée dans la basilique Saint-Pierre de Rome

Dans son homélie, le pontife argentin de 85 ans s’est livré à un plaidoyer pour l’humilité, invitant les fidèles à « aimer la petitesse » et « redécouvrir les petites choses de la vie » et insistant sur l’inversement des hiérarchies.

Appelant l’Église à être « pauvre et fraternelle », Jorge Mario Bergoglio, infatigable défenseur des plus vulnérables, a de nouveau mis en garde contre « l’indifférence » face à la pauvreté. « Jésus, à sa naissance, est entouré de petits, de pauvres […] près des oubliés des périphéries, là où la dignité humaine est mise à l’épreuve », a-t-il souligné.

« Laissons derrière nous les regrets de cette grandeur que nous n’avons pas. Renonçons aux plaintes et aux visages tristes, à l’avidité qui nous laisse insatisfaits », a lancé François sous le baldaquin dessiné par le Bernin.

« Dieu part à la recherche des bergers, des invisibles ; nous recherchons la visibilité. Jésus naît pour servir, et nous passons notre temps à courir après le succès. Dieu ne cherche pas la force et le pouvoir, il demande la tendresse et la petitesse intérieure », a-t-il encore ajouté.

Le pape a également appelé à « donner une dignité au travail de l’homme, car l’homme est seigneur et non esclave du travail ». « Plus de morts au travail ! Et engageons-nous à cela », a-t-il lancé.

Il s’agit de la deuxième messe de Noël consécutive en temps de COVID-19. En 2020, seules 200 personnes — essentiellement des employés du minuscule État du Vatican — avaient pu assister à la messe en raison des restrictions.

Jeudi, le pape avait déjà appelé la Curie romaine à faire preuve d’« humilité » et de « sobriété » et à fuir la « mondanité » et l’« orgueil » lors de ses traditionnels vœux de Noël.