(Londres) Le Royaume-Uni élargit lundi sa campagne de vaccination contre le coronavirus aux plus de 70 ans, au moment de l’entrée en vigueur de la quarantaine imposée à tous les arrivants pour éviter l’importation de nouveaux variants.

Agence France-Presse

Lui-même frappé par un variant du virus jusqu’à 70 % plus contagieux selon les autorités sanitaires, le Royaume-Uni déplore le plus lourd bilan en Europe avec plus de 89 000 morts.

Accusé depuis le début de la crise d’avoir confiné trop tard, déconfiné trop vite, ignoré l’avis des scientifiques, le gouvernement de Boris Johnson concentre ses efforts sur la vaccination de masse, espérant pouvoir sortir du troisième confinement début mars.

Depuis le début de la campagne le 8 décembre, plus de 3,8 millions de personnes ont reçu une première dose de vaccin au Royaume-Uni, premier pays occidental à avoir entamé le processus.

Jusqu’alors dirigée vers les plus de 80 ans, les résidents des maisons de retraite et leurs soignants, ainsi que les personnels de santé en première ligne, la vaccination s’élargit dès lundi.

Si la vaccination des premiers groupes « reste la priorité », les centres de vaccination disposent de l’approvisionnement et de la capacité nécessaires pour commencer à vacciner « les plus de 70 ans et les personnes extrêmement vulnérables », a annoncé le ministère de la Santé dans un communiqué.

Le gouvernement s’est fixé comme objectif de vacciner les quatre groupes prioritaires, soit 15 millions de personnes, d’ici à la mi-février.

Le premier ministre Boris Johnson a salué une « étape importante dans notre programme de vaccination », dorénavant ouvert à « plusieurs millions de personnes supplémentaires ».

Il s’est félicité de ce que « 140 vaccins par minute » soient administrés dans le pays, son ministre de la Santé Matt Hancock soulignant que la moitié des plus de 80 ans ont déjà été vaccinés. Pour vacciner le plus largement, le gouvernement a décidé de différer jusqu’à 12 semaines la deuxième dose.

PHOTO FRANK AUGSTEIN, AP

Pour lutter contre l’arrivée de nouveaux variants, le Royaume-Uni impose à partir de lundi, en plus de l’obligation d’un test négatif, une quarantaine de 10 jours pour toutes les arrivées en provenance de l’étranger.

Pour lutter contre l’arrivée de nouveaux variants, le Royaume-Uni impose à partir de lundi, en plus de l’obligation d’un test négatif, une quarantaine de 10 jours pour toutes les arrivées en provenance de l’étranger. Les exemptions pour les pays les moins touchés sont ainsi suspendues.

Selon le Sunday Times, le gouvernement envisage de consigner les arrivants dans des hôtels à leurs frais, ou même d’utiliser géolocalisation et reconnaissance faciale.

« Il y aura des contrôles à domicile » et « à la frontière », « ce sont les mesures les plus efficaces que l’on puisse prendre à ce stade », selon le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab. « Nous examinerons d’autres mesures, mais elles doivent être applicables », a-t-il déclaré dimanche sur la BBC.