Dans un discours où il a placé les États-Unis du côté des manifestants pour la démocratie dans le monde arabe, Barack Obama a affirmé que tout accord créant un État palestinien devait être fondé sur les frontières de 1967, moyennant des échanges de territoires. Il devient le premier président américain à poser ce paramètre de façon publique et explicite.

Publié le 19 mai 2011
Richard Hétu

Le chef de la Maison-Blanche a fait un retour sur les bouleversements des derniers mois dans le monde arabe, dénonçant notamment la répression des manifestations en Libye et en Syrie. Je cite sa déclaration concernant la situation syrienne :

«Le peuple syrien a montré son courage en exigeant une transition vers la démocratie. Le président Assad est maintenant face à un choix. Il peut diriger la transition, ou s'écarter.»

Le président Obama a également évoqué la situation au Bahreïn, réclamant un «vrai dialogue» entre le pouvoir et l'opposition, et au Yémen, où il a rappelé les engagements du président Ali Abdallah Saleh concernant la transition du pouvoir.

P.S. : La transcription du discours d'Obama.