Qui donc avait intérêt à éventer le débat en cours au sein de l'administration Obama sur l'opportunité d'utiliser un drone contre Américain vivant au Pakistan et soupçonné d'appartenir à Al-Qaïda et de préparer des attaques terroristes?

Publié le 11 févr. 2014
Richard Hétu

Après avoir lu cet article du New York Times, je vois deux groupes de suspects :

1) Des responsables actuels ou anciens de la CIA qui sont prêts depuis longtemps à lancer un drone ou deux drones en direction du Pakistan pour éliminer le ressortissant américain et qui ne veulent surtout pas que la responsabilité des frappes soit confiées au Pentagone.

2) Des républicains du Congrès qui s'opposent aux nouvelles règles annoncées en mai par Barack Obama afin de déterminer les circonstances dans lesquelles la CIA ou le Pentagone peuvent avoir recours à des frappes de drone à l'étranger. Des règles qui mènent à leurs yeux à des tergiversations à n'en plus finir.

Quoi qu'il en soit, si j'étais un Américain au Pakistan et que je fréquentais des extrémistes, je me mettrais à l'abri.

(Photo AP)