Micah Naziri diffère de la plupart des citoyens de l'Ohio qui se sont prévalus à Cleveland de leur droit d'exhiber leurs armes : il n'est pas un partisan mais un opposant farouche de Donald Trump.

Publié le 19 juill. 2016
Richard Hétu

«Je suis ici pour protester contre les politiques illégales, inconstitutionnelles, racistes et islamophobes de Donald Trump», a déclaré l'homme de 39 ans, fusil semi-automatique en bandoulière et armes de poings sur les hanches, en plein coeur du Public Square, place située au centre-ville de Cleveland.

Mais est-il nécessaire d'être armé pour manifester une telle opposition?

«Trump a proposé d'expulser des gens du pays en utilisant la force, a répondu Naziri. Tous les membres des minorités religieuses, des minorités ethniques et des groupes historiquement opprimés doivent prendre l'auto-défense très au sérieux, surtout dans le climat actuel. Car la menace ne vient pas seulement de Donald Trump mais également de ses supporteurs.»

Même s'il était coiffé d'une kippa musulmane, Naziri n'a pas voulu divulguer sa confession religieuse. Non loin de lui, un groupe de chrétiens armés étaient regroupés sur le trottoir. L'un d'eux portait une croix sur son gilet pare-balles et arborait un écusson sur lequel on pouvait lire «Armure de Dieu».