Le nombre de civils tués en Irak et en Syrie par des bombardements américains a commencé à augmenter en octobre sous Barack Obama mais a grimpé en flèche sous Donald Trump, selon les données illustrées par le graphique ci-dessous et citées par The Intercept. L'offensive du président américain contre le groupe État islamique est «aussi barbare et sauvage que promis», dénonce Glenn Greenwald, l'un des fondateurs du site :

Publié le 27 mars 2017
Richard Hétu

La photo de Reuters qui coiffe ce billet montre des pompiers irakiens cherchant des corps sous les décombres d'un immeuble détruit dans l'un bombardements contre l'EI qui auraient tué jusqu'à 200 civils ces derniers jours à Mossoul, en Irak. Le Pentagone enquête sur la mort des civils dans la ville irakienne.