Publié le 19 juill. 2017
Richard Hétu

«Nous allons laisser l'Obamacare s'écrouler», disait Donald Trump hier en réagissant à l'échec du projet de loi présenté par les républicains du Sénat pour abroger et remplacer la loi phare de Barack Obama.

Vingt-quatre heures plus tard, le président américain fait volte-face. Lors d'une rencontre à la Maison-Blanche, il a exhorté les sénateurs républicains à ne pas quitter Washington pour la pause traditionnelle d'août tant et aussi longtemps qu'ils n'auront pas adopté un projet de loi pour... abroger et remplacer l'Obamacare!

Trump a assorti cet appel d'une menace, adressée notamment au sénateur du Nevada Dean Heller, qui était assis à sa droite.

«Il veut rester sénateur, n'est-ce pas?» a-t-il dit parlant de Heller, qui sera en novembre 2018 le plus vulnérable des sénateurs républicains dont le siège sera en jeu (voir la vidéo qui coiffe ce billet). «Je pense que les gens de votre État apprécient ce que vous allez faire.»

Et Trump d'ajouter : «Tout sénateur qui votera contre l'ouverture d'un débat (sur un projet de loi) dit au peuple américain qu'il est à l'aise avec l'Obamacare.»

On a presque envie de prendre en pitié le chef de la majorité au Sénat, Mitch McConnell, qui a tenté en vain de faire adopter deux versions d'un projet de loi pour abroger et remplacer l'Obamacare depuis le début du mois.

Après ces échecs, il a proposé lundi soir de tenir un vote sur l'abrogation de l'Obamacare sans remplacement. Trois sénatrices républicaines - Capito, Collins et Murkowski - lui ont opposé une fin de non recevoir, mettant fin à son plan C.

Les républicains du Sénat oseront-ils envoyer paître Trump après leur rencontre d'aujourd'hui à la Maison-Blanche? À suivre, comme on dit.