(Pékin) La banque centrale chinoise a fermé mardi une société de logiciels soupçonnée d’être impliquée dans des transactions en cryptomonnaies et a mis en garde contre toute aide fournie aux entreprises liées à ces monnaies virtuelles.

Agence France-Presse

Le commerce des cryptomonnaies est interdit en Chine, et les autorités ont durci le ton ces derniers mois, fermant des mines et demandant aux banques d’arrêter les transactions liées.

Mardi, un bureau de la banque centrale a ordonné la fermeture de la société de logiciels Beijing Qudao Cultural Development, en affirmant qu’elle avait fourni des services logiciels pour des transactions en cryptomonnaies.

Cette décision a été prise « pour contrôler le risque de spéculation dans les transactions en monnaie virtuelle, et protéger la sécurité des actifs publics », a déclaré l’institut d’émission dans un communiqué.

La Banque centrale a également appelé à ne pas « fournir de locaux, d’affichage commercial, de publicité […] et d’autres services aux activités commerciales liées aux cryptomonnaies ».

Les établissements financiers et de paiements ont reçu pour instruction de ne pas fournir de services liés aux cryptomonnaies à leurs clients.

Le cours des cryptomonnaies a fortement fluctué ces dernières semaines sous l’effet d’un durcissement de ton des autorités chinoises face au « minage » et aux échanges de ces actifs numériques devenus très populaires dans le pays.

Le mois dernier, le bitcoin était passé sous les 30 000 dollars, après l’interdiction de l’exploitation minière dans le sud-ouest du Sichuan.