(New York et Toronto) Le patron de la Fed a encore rassuré sur les taux et la Bourse de New York, qui avait mal démarré mercredi, a terminé en nette hausse, l’indice Dow Jones affichant un nouveau record.

Agence France-Presse et La Presse Canadienne

Selon des résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones a grimpé de 1,35 % à 31 961,86 points, un nouveau sommet.

Le NASDAQ, à forte coloration technologique, a progressé de 0,99 % à 13 597,97 points et le S&P 500, plus représentatif du marché américain, a engrangé 1,14 % à 3925,43 points.

Le principal indice boursier du Canada a connu sa meilleure journée en plus de deux semaines, le secteur de l’énergie ayant gagné du terrain pendant que celui de la finance a été propulsé par de meilleurs résultats que prévu pour la Banque Royale et la Banque Nationale.

L’indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a clôturé en hausse de 154,44 points, pour terminer la séance avec 18 484,53 points.

La Banque de Montréal et la Scotia avaient elles aussi dévoilé mardi des résultats de la même trempe.

Le secteur de la finance a progressé mercredi de 1,6 %, les actions de la Nationale et de la Banque Laurentienne ayant notamment avancé de 4,8 % et 4,9 % respectivement.

Le titre de la Financière Manuvie a grimpé de 4,7 % sur un lourd volume et celui de la Banque de Montréal a pris 2,6 %. L’action de la Royale a retraité de 0,26 %, après avoir enregistré de solides gains la veille.

« Je n’ai pas vu les titres bancaires bouger de cette façon depuis très longtemps, et pour extrapoler sur la direction du marché dans son ensemble dans notre pays, je dirais que là où vont les banques vont souvent le reste du marché », a observé Allan Small, conseiller en investissement chez HollisWealth.

Le secteur de l’énergie de la Bourse de Toronto a lui aussi enregistré une solide séance, en avançant de 2,1 %, pendant que le cours du pétrole brut se rapprochait d’un sommet de 14 mois. Le groupe des matériaux a quant à lui pris 0,9 %, profitant de la forte hausse du cours du cuivre.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut pour livraison en avril a augmenté de 1,55 $ US, à 63,22 $ US le baril, tandis que celui de l’or a retraité de 8,00 $ US, à 1797,90 $ US l’once. Le cours du cuivre a bondi de 11,65 cents US pour terminer la séance à 4,30 $ US la livre.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 79,69 cents US, en hausse par rapport à son cours moyen de 79,35 cents US de la veille.

Taux bas

Le président de la Banque centrale américaine, Jerome Powell, a réitéré mercredi, au deuxième jour de son audition face à des parlementaires américains, son intention de maintenir des taux d’intérêt bas, dans une fourchette comprise entre 0 % et 0,25 %.

Ces propos ont été de nature à rassurer les entreprises qui ont besoin d’emprunter des montants importants à bas coût pour financer leur croissance.

Le patron de la Fed « a aussi dit que les taux obligataires à la hausse étaient moins le signe d’une inflation que celui de bonnes perspectives pour la croissance dès le deuxième semestre », a indiqué Peter Cardillo, de Spartan Capital Securities.

Le rendement sur les bons du Trésor à 10 ans, qui était monté au-dessus de 1,43 % en matinée, est redescendu à 1,38 % après l’intervention de Jerome Powell.

La perspective d’un nouveau vaccin, celui de Johnson & Johnson (+1,34 %) disponible bientôt, et celle de l’adoption du plan de soutien économique de 1900 milliards de dollars, ont aussi joué dans le rebond du marché, a indiqué Art Hogan de National.

Au moins trois millions de doses du vaccin de Johnson & Johnson contre la COVID-19 sont prêtes à être distribuées « la semaine prochaine » aux États-Unis, s’il est autorisé en urgence dans les prochains jours comme attendu, a annoncé le gouvernement américain mercredi.

Le Dow Jones a été tiré par les hausses des titres de compagnies qui devraient rebondir grâce à la croissance. C’était le cas de Boeing (+8,12 %) malgré ses déboires après l’incident spectaculaire d’un de ses modèles survolant Denver (Colorado) le week-end dernier.  

Les engins de chantier Caterpillar (+1,04 %) et agricoles John Deere (+2,45 %) ont profité également, ainsi que les actions pétrolières comme Chevron (+3,69 %) alors que les cours du pétrole ont atteint un nouveau sommet en plus d’un an mercredi.

Les banques, qui bénéficient des bas taux auxquelles elles empruntent, alors qu’elles facturent des taux supérieurs depuis la montée des rendements obligataires, grimpaient aussi à l’instar de Goldman Sachs (+3,58 %) ou Wells Fargo (+3,10 %).

Le revendeur de jeux vidéo GameStop, au cœur de la saga boursière du début d’année, a de nouveau été la cible d’une fièvre spéculative et son titre s’est envolé de plus de 100 % à 91,71 dollars.

Cette montée en flèche est intervenue au lendemain de l’annonce de la démission de son responsable financier.