(New York) Les principaux indices de la Bourse new-yorkaise ont atteint des niveaux inédits mercredi, les acteurs du marché se montrant moins inquiets des conséquences économiques du nouveau coronavirus.

Agence France-Presse

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a pris 0,94 % pour finir à 29 551,42 points.  

Le NASDAQ, à forte coloration technologique, a gagné 0,90 %, à 9725,96 points, et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, est monté de 0,65 % pour terminer à 3379,45 points

Le bilan de l’épidémie de pneumonie virale dépasse désormais les 1100 morts. Mais le nombre de nouveaux cas quotidiens a diminué depuis trois jours, selon des données du ministère chinois de la Santé publiées mercredi.  

Le président chinois Xi Jinping s’est félicité de ce qu’il a qualifié « d’évolution positive »

PHOTO LIU BIN, AP

Le président chinois Xi Jinping

« Si le taux de contagion ralentit, c’est positif pour les marchés », observe Gregori Volokhine de Meeschaert Financial Services.

L’épidémie de coronavirus, officiellement baptisée « COVID-19 », a fait partie des sujets abordés par le patron de la Réserve fédérale (Fed) Jerome Powell, qui s’est exprimé devant des sénateurs américains mercredi, au lendemain de son audition par la Commission des finances de la Chambre des représentants.

Le président de la Banque centrale américaine s’est dit confiant sur l’état de santé de l’économie du pays, insistant notamment sur la solidité du marché du travail.

M. Powell a toutefois souligné que la croissance des salaires restait faible et que le nombre d’Américains ayant au moins deux emplois était très élevé.

Lyft plonge

Les investisseurs ont également été rassurés, selon M. Volokhine, par les résultats de la primaire démocrate du New Hampshire mardi, où le socialiste Bernie Sanders est arrivé en tête du scrutin devant Pete Buttigieg.

« Wall Street est persuadée que Sanders n’a aucune chance face à Donald Trump. Qu’il soit en tête dans la course à la Maison-Blanche du parti démocrate rassure les marchés », juge M. Volokhine, précisant que beaucoup de courtiers anticipent une poursuite de la hausse des marchés en cas de réélection de Donald Trump en novembre.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans de la dette américaine progressait, s’établissant à 1,633 % vers 21 h 35 GMT contre 1,601 % la veille à la clôture.

Parmi les valeurs du jour, la chaîne de pharmacie CVS a cédé 0,14 % malgré des résultats trimestriels meilleurs que prévu.

Teva a grimpé de 9,1 %. Pour la troisième année de suite, le géant israélien des médicaments génériques a pourtant publié des résultats dans le rouge. Mais le bénéfice par action hors éléments exceptionnels, référence à Wall Street, a été conforme aux attentes des analystes, à 2,40 dollars, et ses prévisions pour 2020 sont restées globalement inchangées.

Lyft a chuté de 10,2 %. La plateforme de réservation de voitures avec chauffeur a certes affiché des résultats meilleurs que prévu mardi après la clôture. Mais contrairement à Uber, qui a dit prévoir son premier excédent brut d’exploitation positif au quatrième trimestre 2020, Lyft n’a pas tracé de chemin clair vers la rentabilité.

Carnival a gagné 2,6 %. Le croisiériste a annoncé mercredi que le coronavirus aura un impact significatif sur ses résultats, qui n’avait pas été anticipé auparavant. La pneumonie virale a contraint le groupe à suspendre ses opérations dans les ports chinois et l’oblige désormais à annuler des voyages dans d’autres pays asiatiques.