(New York) La Bourse de New York a terminé dans le vert mardi, retrouvant des couleurs au lendemain d’une séance qui avait vu les principaux indices enregistrer leur plus fort recul en plusieurs mois sur fond d’inquiétudes grandissantes autour du coronavirus.

Agence France-Presse

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, est monté de 0,66 % à 28 722,85 points, mettant fin à cinq séances de baisse consécutives.

Le NASDAQ, à forte coloration technologique, prenait 1,42 % à 9269,68 points et le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, a gagné 1,01 % à 3276,24 points.

« Une dose d’optimisme s’est immiscée dans le marché avec l’idée que le coronavirus ne va peut-être pas se propager de manière incontrôlable et provoquer une crise majeure », a avancé Karl Haeling de LBBW.

Les acteurs du marché continuent toutefois de surveiller de près les développements liés à l’épidémie de pneumonie virale.

La Chine s’est engagée mardi à faire preuve de « transparence » face à ce nouveau coronavirus qui a déjà fait plus de 100 morts et dont les cas se multiplient jusqu’en Europe, tandis que s’accélèrent les préparatifs pour évacuer les ressortissants étrangers de Wuhan, le foyer initial de la maladie.

Résultats

Les investisseurs ont par ailleurs observé avec attention les résultats trimestriels de plusieurs entreprises du S&P 500.

Le fabricant d’armes américain Lockheed Martin a progressé de 1,11 % après l’annonce de bénéfices supérieurs aux attentes des analystes.

Le conglomérat industriel United Technologies, qui a enregistré un chiffre d’affaires record en 2019, s’est apprécié de 1,21 %.

Xerox (+4,94 %) et Whirlpool (+5,69 %) bondissaient après avoir fait mieux que les anticipations des analystes.

En revanche, le laboratoire pharmaceutique Pfizer (-5,03 %) et le fabricant de post-it 3 m (-5,72 %), qui ont chacun publié des résultats décevants, ont lourdement chuté.

Harley-Davidson (-3,01 %) a aussi reculé après avoir affiché une baisse de ses ventes au détail aux États-Unis.

Après la clôture, Apple a fait part de résultats bien meilleurs que prévu au 1er trimestre de son exercice 2020. Son action progressait de près de 2 % dans les échanges électroniques post-séance.

Un peu plus de 20 % des entreprises du S&P 500 ont déjà publié leurs résultats. Selon le cabinet Factset, les entreprises de l’indice élargi de Wall Street devraient afficher en moyenne un recul de leur bénéfice par action de 2,03 % au quatrième trimestre.

Les acteurs du marché sont aussi restés attentifs à la première réunion monétaire de la Fed de l’année, qui a débuté mardi et doit s’achever mercredi. La Réserve fédérale devrait maintenir ses taux en l’état malgré la pression de Donald Trump en faveur d’une nouvelle baisse.

Au rang des indicateurs, les commandes de biens durables aux États-Unis ont augmenté en décembre plus fortement que ce qu’attendaient les analystes, selon les données publiées mardi par le département du Commerce.

La confiance des consommateurs a rebondi en janvier et dépassé les attentes des analystes après avoir légèrement faibli en décembre, selon l’indice du Conference Board publié mardi.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans de la dette américaine était en hausse, à 1,658 % vers 21 h 50 GMT, contre 1,608 % la veille à la clôture.

Parmi les autres valeurs, Beyond Meat a perdu 3,71 % après l’abaissement de sa recommandation par JPMorgan, qui a estimé dans une note qu’il était plus prudent d’anticiper un ralentissement de la hausse du titre de la start-up végane, qui a explosé de plus de 380 % depuis son entrée en Bourse en mai dernier.

Les actions de sociétés de plusieurs biotechnologies spécialisées dans la fabrication de vaccins ont dégringolé après avoir bondi la semaine dernière au démarrage de l’épidémie de coronavirus. Novavax a plongé de 15,65 %, NanoViricides de 46,84 % et Inovio de 18,05 %.