(New York, Toronto) La Bourse de New York a terminé en hausse mercredi, sur les espoirs d’un prochain accord sur un nouveau plan d’aide économique américain qui a mené le Dow Jones brièvement au-dessus de 2 % en séance.

Agence France-Presse, La Presse canadienne

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a avancé de 1,20 % à 27 781,70 points.

Le NASDAQ, à forte coloration technologique, a gagné 0,74 % à 11 167,50 points.

L’indice composé S&P/TSX de la Bourse de Toronto a perdu mercredi 90,14 points pour clôturer la séance à 16 121,38 points.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 74,97 cents US, en hausse par rapport à son cours moyen de 74,68 cents US de la veille.

La Bourse de New York avait clôturé anxieusement en légère baisse mardi avant le débat présidentiel. Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, avait cédé 0,48 % et le NASDAQ-0,29 %.

Ce houleux premier débat mardi soir entre Donald Trump et son rival démocrate Joe Biden, « a été en grande partie ignoré par les marchés, car il n’a pas permis de clarifier les plans de l’un ou l’autre candidat et a laissé la possibilité d’un résultat susceptible de venir bien après le jour du scrutin », a estimé Jeffrey Kleintop de Schwab.

Mercredi, la rencontre entre la cheffe des démocrates à la Chambre et le secrétaire américain au Trésor pour discuter d’une nouvelle aide économique, en panne depuis des mois, a suscité l’espoir d’un « compromis raisonnable », selon les mots de Steven Mnuchin.  

Cet optimisme a donné un coup de fouet aux actions, qui s’est brusquement tempéré « lorsque le chef des républicains au Sénat Mitch McConnell est sorti et a dit que les positions étaient encore très, très éloignées », a expliqué Karl Haeling de LBBW.

« La journée de toute évidence était focalisée sur l’espoir d’un stimulus d’une façon ou d’une autre », a conclu l’analyste.

Des indicateurs positifs ont aussi soutenu le marché.

« Les données économiques mondiales ont beaucoup aidé. Presque partout il y a eu de bons indicateurs : l’activité manufacturière en Chine était plus forte que prévu, les ventes au détail en Allemagne aussi, l’emploi privé aux États-Unis, les données immobilières et l’activité dans la région de Chicago », a souligné Karl Haeling.

Les créations d’emplois dans le secteur privé aux États-Unis ont bondi en septembre (749 000) et sont bien supérieures aux attentes des analystes, selon l’enquête ADP publiée mercredi.

Les promesses de ventes de logements aux États-Unis ont bondi de 8,8 % en août, surpassant les attentes des analystes, et l’indice a même atteint un niveau record.

La Bourse de New York a vu aussi l’introduction en fanfare, via une cotation directe, des titres du discret groupe de surveillance de données Palantir, à un prix le valorisant à plus de 21 milliards de dollars.

Sous le symbole PLTR, le titre a clôturé à 9,73 dollars, soit bien au-dessus du prix indicatif de 7,25 dollars donné mardi soir par le New York Stock Exchange (NYSE).  

Le titre du fabricant de camions électriques et à hydrogène Nikola a repris de la vigueur (+14,54 % à 20,48 dollars) après sa descente aux enfers marquée par la perte de deux tiers de sa valeur depuis son introduction en bourse.  

Nikola a ajourné mercredi un évènement au cours duquel il devait présenter en grande pompe son nouveau pick-up Badger.

Quasiment tous les secteurs du S&P ont terminé dans le vert, celui de la santé en tête. Les laboratoires Pfizer ont pris 1,41 % et des grands noms de la technologie ont progressé comme Microsoft et Apple (+1,50 %).

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine augmentait à 0,6840 % contre 0,6495 % mardi soir.