(New York et Toronto) La Bourse de New York a solidement grimpé mardi, faisant preuve d’optimisme face à la reprise progressive de l’activité économique, illustrée par la réouverture partielle du parquet de Wall Street, et à l’avancée de recherches sur un vaccin contre la COVID-19.

Agence France-Presse et La Presse canadienne

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, a grimpé de 2,17 % à 24 995,11 points, tandis que le NASDAQ, à forte coloration technologique, a pris 0,17 % à 9340,22 points.

Le S&P 500, qui représente les 500 plus grandes entreprises de Wall Street, a gagné 1,23 % à 2991,77 points.

La Bourse de Toronto a également clôturé en hausse, grâce à la contribution de son secteur de la finance, dans la foulée de la publication de meilleurs résultats que prévu pour la Banque Scotia.

L’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a pris 72,70 points pour terminer la séance avec 15 148,12 points.

Sept des onze secteurs du TSX ont avancé mardi, celui de la finance en tête avec un gain de 5,21 %. Les titres des grandes banques canadiennes ont avancé d’entre 5,1 % et 9,2 %.

L’action de la Banque Scotia, la première à dévoiler ses résultats pour le plus récent trimestre, a avancé de 7,4 %. Même si la pandémie de COVID-19 a entraîné des provisions pour pertes sur mauvaises créances plus de deux fois plus importantes que l’an dernier, son profit ajusté a surpassé les attentes des analystes.

Les secteurs de l’immobilier et de la consommation discrétionnaire ont enregistré des hausses de 1,74 % et 1,66 % pour cent respectivement.

Les groupes des technologies de l’information, des matériaux et de la santé ont limité les gains du parquet avec des reculs respectifs de 5,26 %, 4,42 % et 3,47 %.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 72,44 cents US, en hausse par rapport à son cours moyen de 71,51 cents US de la veille.

Le huard et le prix du pétrole brut ont atteint leur niveau le plus élevé depuis le début mars, notamment grâce à la faiblesse du billet vert américain et à la croissance de la demande pour l’essence.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a avancé de 1,10 $ US à 34,35 $ US le baril, tandis que celui de l’or a cédé 29,90 $ US à 1705,60 $ US l’once. Le prix du cuivre a bondi de 3,2 cents US pour terminer la séance près de 2,42 $ US la livre.

En cours de séance, et ce pour la première fois depuis début mars, le Dow Jones est passé au-dessus du seuil des 25 000 points et celui du S&P 500 au-dessus des 3000 points.  

Une performance rapidement saluée par le président américain, qui a écrit sur Twitter : « Il y aura des hauts et des bas, mais l’année prochaine sera l’une des meilleures ».

Pour Peter Cardillo de Spartan Capital Securities, les indices ont été principalement portés par trois éléments mardi : « la réouverture progressive de l’économie », « l’espoir d’un vaccin d’ici la fin de l’année ou en début d’année prochaine » et « la réouverture du parquet du New York Stock Exchange ».  

La biotech américaine Novavax (+4,5 %) a notamment annoncé lundi le début d’un essai clinique d’un vaccin contre le nouveau coronavirus sur 130 patients volontaires avec de premiers résultats attendus en juillet.  

Le groupe pharmaceutique Merck (+1,2 %) a de son côté indiqué mardi avoir engagé une collaboration avec l’organisme International AIDS Vaccine Initiative (IAVI) pour le développement d’un vaccin contre la COVID-19.

Les investisseurs continuaient par ailleurs à surveiller la levée progressive des restrictions imposées au plus fort de la pandémie pour limiter sa propagation, symbolisée mardi par la réouverture partielle du célèbre parquet du New York Stock Exchange (NYSE).

Le gouverneur de l’État de New York Andrew Cuomo, portant un masque comme l’ensemble des personnes présentes dans la salle, a pour l’occasion sonné la cloche marquant l’ouverture de la séance.

Les indicateurs du jour étaient pour leur part plutôt encourageants.  

Banques en forme

La confiance des consommateurs s’est légèrement améliorée en mai par rapport à avril, selon l’indice du Conference Board, tandis que les ventes de maisons neuves aux États-Unis sont de leur côté reparties en très légère hausse de 0,6 % en avril.

Le Dow Jones a par ailleurs été particulièrement soutenu par le bond de la banque JPMorgan Chase (+7 %) après des propos de son patron Jamie Dimon affirmant qu’au prix actuel, l’action était « très profitable ».

Les autres établissements financiers ont profité de cet élan : Citigroup a grimpé de 9,2 %, Bank of America de 7,1 %, Wells Fargo de 8,6 % et Goldman Sachs de 9 %.

Les compagnies aériennes, qui profiteraient largement d’un retour à la normalité économique, ont également beaucoup grimpé : United Airlines a bondi de 16,3 %, American Airlines de 14,9 % et Delta de 13 %.

Les croisiéristes ont aussi grimpé, Carnival prenant 12,6 %, Royal Carribean 14,9 % et Norwegian Cruise 15,3 %.

L’annonce du dépôt de bilan du loueur de voitures Hertz vendredi et de celui de la principale compagnie aérienne d’Amérique latine, LATAM, lundi, n’a pas spécialement entamé l’enthousiasme des investisseurs. Les deux groupes ont été touchés de plein fouet par la chute de leur activité depuis le début de la pandémie de COVID-19.

Sur le marché obligataire, le taux à 10 ans sur la dette américaine montait, évoluant vers 2015 GMT à 0,6900 % contre 0,6591 % vendredi soir.