(New York) La Bourse de New York a terminé sans direction claire mardi, les courtiers hésitant à s’engager avant des réunions de banques centrales et de nouvelles informations sur le front commercial.

Agence France-Presse et La Presse Canadienne

L’indice vedette de WallStreet, le Dow Jones, s’est apprécié de 0,28 %, à 26 909,43 points tandis que le NASDAQ, à forte coloration technologique, a lâché 0,04 %, à 8084,16 points.

L’indice élargi S&P 500 a grignoté 0,03 %, à 2979,39 points.  

Les trois grands indices de la cotation ont passé la majeure partie de la séance dans le rouge avant de se redresser en toute fin de journée.  Ils restent ainsi tout près de leurs récents records.

« Le marché a été un temps tiré vers le bas par les valeurs de la technologie mais il semble que cela ait au final fait peu de dégâts », a souligné Peter Cardillo de Spartan Capital Securities. « Faute de nouvelles économiques importantes, les investisseurs ont procédé à quelques prises de profits sans toutefois vendre en masse », a-t-il ajouté.  

Faits notables à ses yeux : l’indice Russell 2000, qui regroupe des entreprises à petite capitalisation, tout comme les rendements sur le marché obligataire, se sont significativement redressés pour la deuxième journée consécutive.

Le taux à 10 ans sur la dette américaine montait ainsi à 1,773 % contre 1,644 % la veille à la clôture.

Départ de Bolton et nouveautés d'Apple

Le marché a aussi pu profiter, selon cet expert, de l’annonce du départ de John Bolton, conseiller à la Sécurité nationale de Donald Trump connu pour sa position de fermeté face à l’Iran, laissant augurer d’un apaisement des tensions entre les deux pays.

Mais les investisseurs observent surtout une attitude attentiste avant les réunions de la Banque centrale européenne (BCE), jeudi, et de la Réserve fédérale américaine (Fed), la semaine suivante.  

« Le plus grand risque à court terme pour les marchés est la possibilité que les banques centrales ne soient pas aussi accommodantes que ce à quoi ils s’attendent », remarque Karl Haeling de LBBW.

Les courtiers restent aussi sur leurs gardes alors que les négociations entre Washington et Pékin doivent reprendre mi-octobre.  

« Un peu d’appétit pour le risque est apparu avec la publication d’informations par le South China Morning Post selon lesquelles la Chine est prête à assouplir sa position en achetant plus de produits américains, dont des produits agricoles », souligne M. Haeling.  

Sur le front des valeurs, Ford a reculé de 1,26 %. Le constructeur automobile a vu sa note de solvabilité financière abaissée par Moody’s, qui juge que les investisseurs qui achèteront ses obligations risquent de ne pas être remboursés en raison d’une vaste restructuration en cours qui devrait plomber ses bénéfices et ses liquidités.

L’avionneur Boeing, qui a assuré mardi que les problèmes rencontrés récemment lors de tests de pressurisation du 777X n’auront pas de conséquences sur la conception de ce long courrier appelé à remplacer l’emblématique 777, a pris 2,99 %.

Apple s’est apprécié de 1,18 % après la présentation de nouveaux produits, dont les iPhone 11, 11 pro et 11 Prox Max, et services, dont le lancement de sa plateforme de streaming vidéo Apple TV+.  

Disney (-2,19 %), Netflix (-2,16 %) et surtout Roku-10,49 %), qui proposent ou vont proposer un service similaire, ont pâti de cette dernière annonce.

Le groupe chinois coté à WallStreet Alibaba a reculé de 1,57 % alors que son charismatique fondateur, Jack Ma, tournait la page mardi de son aventure à la tête de l’entreprise.  

Les ressources naturelles au secours de Toronto

De son côté, la Bourse de Toronto a clôturé en hausse mardi, soutenue par les gains des secteurs liés aux ressources naturelles, malgré une baisse des prix du pétrole et de l’or et une chute des actions technologiques.

« Il est intéressant de constater que les actions du secteur de l’énergie sont restées en territoire positif aujourd’hui malgré [l'annonce du départ de John Bolton] », a observé Natalie Taylor, gestionnaire de portefeuille pour la Banque CIBC lors d’une entrevue.

Le secteur torontois de l’énergie a progressé de 2,3 %, soutenu par les actions de Canadian Natural Resources, Husky Energy et Crescent Point Energy.

Dans l’ensemble, l’indice composé S&P/TSX du parquet torontois a pris 42,25 points pour terminer la séance à 16 537,34 points.

Le groupe des matériaux a aussi avancé, même si le cours du lingot d’or a reculé sous la barre des 1500 $ US pour la première fois en plus d’un mois.

Sur le marché des devises, le dollar canadien s’est négocié au cours moyen de 76,03 cents US, en baisse par rapport à son cours moyen de 76,02 cents US de la veille.

À la Bourse des matières premières de New York, le cours du pétrole brut a lâché 45 cents US à 57,40 $ US le baril, tandis que celui de l’or a perdu 11,90 $ US à 1499,20 $ US l’once. Le prix du cuivre est pour sa part resté stable à 2,63 $ US la livre.