Un homme a été inculpé pour avoir tenté l'an dernier de manipuler le cours de l'action du fabricant d'objets connectés Fitbit en inventant une fausse offre de rachat d'un groupe chinois, a annoncé vendredi le gendarme de la Bourse américaine (SEC).

Publié le 19 mai 2017
AGENCE FRANCE-PRESSE

Selon l'acte d'accusation, Robert Walter Murray, un ressortissant américain, a utilisé un faux courriel pour accéder à la banque de données (EDGAR) de la SEC et se faire passer pour un responsable de l'entreprise chinoise ABM Capital. Il a ensuite introduit dans le système une fausse offre d'achat de Fitbit pour 12,50 dollars par action, soit au-dessus du cours auquel s'échangeait celle-ci à ce moment-là.

Parallèlement, M. Murray a acheté des options de vente (put) sur le titre qu'il a revendues lorsque celui-ci a fortement progressé après la publication de la fausse offre de rachat.

Si le gain a été minime (3100 dollars), l'ensemble des mouvements liés au titre Fitbit du fait de cette manipulation s'est élevé à 100 millions de dollars, a précisé de son côté le procureur fédéral de New York (USANYS) qui a également inculpé M. Murray.

Il est passible de peines totalisant 40 ans de prison et d'une amende de 5 millions de dollars.

Les services du procureur ont précisé que M. Murray s'était inspiré d'une fraude similaire qui avait visé le titre du groupe cosmétique Avon en 2015.