La Bourse de Toronto a encaissé lundi sa plus importante perte depuis le début de l'année, alors que les investisseurs s'inquiétaient de plus en plus de l'incertitude politique entourant la récente politique sur l'immigration du président américain Donald Trump.

Mis à jour le 30 janv. 2017
LA PRESSE CANADIENNE

L'indice composé S&P/TSX du parquet torontois a retraité de 170,69 points, soit 1,1 %, pour clôturer à 15 405,12 points. Tous les secteurs du TSX ont affiché un recul, mais les plus importants ont été ceux des secteurs de l'énergie, des technologies de l'information et de l'industrie.

Le dollar canadien s'est quant à lui apprécié de 0,10 cent US à 76,22 cents US.

La journée ne s'est pas mieux déroulée sur Wall Street. La moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a perdu 122,65 points à 19 971,13 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a échappé 13,79 points à 2280,90 points. L'indice composé du Nasdaq a perdu 47,07 points à 5613,71 points.

M. Trump a signé, vendredi en fin de journée, un décret-loi ordonnant la suspension, pendant 120 jours, du programme de réfugiés des États-Unis et interdisant l'entrée aux voyageurs en provenance de sept pays à majorité musulmane.

Le décret, qui a été rapidement mis en place, fait actuellement l'objet de contestation devant la cour. Des milliers de manifestants se sont rassemblés dans les aéroports des grandes villes américaines pour dénoncer l'interdit, ce qui a soulevé certaines inquiétudes quant à l'impact que pourrait avoir la politique sur le tourisme américain.

Selon le stratège spécialisé en marché canadien, Craig Fehr, le désinvestissement sur les marchés nord-américains témoigne du niveau élevé d'incertitude en ce qui a trait aux nouvelles politiques.

« Au niveau le plus large, une grande partie de l'enthousiasme qui a suivi l'élection de M. Trump était attribuable à ses politiques favorisant la croissance économique des États, et, indirectement peut-être, celle du monde. Mais il s'appuyait aussi sur le fait que celles-ci seraient mises en oeuvre de façon relativement efficace », a poursuivi M. Fehr, qui travaille pour la firme Edward Jones, à St. Louis.

« Au cours de la fin de semaine, nous nous sommes fait rappeler que la mise en oeuvre de ces réformes ne va pas être simple et que les incidents de parcours vont être traités assez durement par les marchés. »

Les marchés boursiers ont progressé de façon soutenue depuis l'élection de M. Trump, au début novembre. Les investisseurs ont été séduits par les promesses de l'homme d'affaires, qui disait vouloir réduire les impôts, assouplir la réglementation et augmenter les dépenses en infrastructures.

La volatilité a fait grimper le cours du lingot d'or, généralement considéré comme une valeur refuge en période d'incertitude. Le prix du lingot a gagné 4,90 $ US à 1196 $ US l'once à la Bourse des matières premières de New York.

Le cours du pétrole brut a cédé 54 cents US à 52,63 $ US le baril, tandis que celui du cuivre a perdu 3 cents US à 2,66 $ US la livre.