Source ID:; App Source:

Wall Street finit en hausse, encouragée par l'Ukraine et le pétrole

«Le principal élément aujourd'hui, c'est l'éventualité d'un cessez-le-feu... (PHOTO LUCAS JACKSON, REUTERS)

Agrandir

«Le principal élément aujourd'hui, c'est l'éventualité d'un cessez-le-feu en Ukraine, ce qui est une grosse surprise car personne ne croyait à un accord», a expliqué Chris Low, de FTN Financial.

PHOTO LUCAS JACKSON, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Wall Street a fini en hausse jeudi, le marché s'autorisant un peu d'optimisme face à un rebond des prix du pétrole et à l'espoir d'un apaisement du conflit en Ukraine.

----------------

Les marchés à la clôture :

  • TSX 15 228,52 / 77,02 (0,51%)
  • Dow Jones 17 972,38 / 110,24 (0,62%)
  • S&P 500 2 088,48 / 19,95 (0,96%)
  • NASDAQ 4 857,61 / 56,43 (1,18%)

-----------------

«La Bourse est soutenue par l'annonce d'un cessez-le feu en Ukraine, et reste optimiste quant à un accord sur la dette grecque», ont résumé les experts de la maison de courtage Charles Schwab.

L'accord sur un cessez-le-feu en Ukraine, signé jeudi à Minsk après une nuit marathon de négociations entre dirigeants allemand, français, ukrainien et russe, apporte un soulagement à ce pays déchiré par un conflit meurtrier, mais une paix durable est encore très incertaine, selon les Européens.

«L'économie européenne a souffert du conflit ukrainien et des diverses sanctions commerciales contre la Russie, donc une pause dans les affrontements, quelle qu'elle soit, serait positive pour la croissance mondiale», a estimé Chris Low, de FTN Financial.

Certains analystes lançaient d'ailleurs des mises en garde sur un optimisme à courte vue, comme au sujet de la Grèce, dont le premier ministre Alexis Tsipras, issu de la gauche radicale, a tenté jeudi de faire baisser la tension avec l'Allemagne, intransigeante sur la dette hellénique, à l'ouverture d'un sommet européen à Bruxelles.

«Aujourd'hui, on a trouvé la solution en Ukraine, on a trouvé la solution en Grèce, on a trouvé la solution à l'excès d'offre de pétrole, on a trouvé comme par magie la solution à tous les problèmes», a ironisé Mace Blicksilver, de Marblehead Asset Management. «Je suis sûr que d'ici demain, on l'aura perdue.»

Il faisait notamment allusion à un rebond de plus de deux dollars des prix du pétrole, après plusieurs séances de forte baisse, qui a tiré vers le haut le secteur de l'énergie à Wall Street, comme les majors Chevron (+1,79% à 110,86 dollars) et ExxonMobil (+1,95% à 92,37 dollars).

Amex chute 

Les investisseurs ont semblé faire peu de cas d'indicateurs médiocres aux États-Unis, dont une chute plus forte que prévu des ventes de détail le mois dernier, et un bond supérieur aux attentes des inscriptions hebdomadaires au chômage.

«On a l'impression que l'économie américaine ralentit un peu, mais elle le fait après un très bon second semestre l'an dernier», a nuancé Chris Low.

Le Nasdaq a été entraîné par un bond de 9,39% à 29,46 dollars de l'équipementier en télécommunications Cisco, qui a fait état d'une hausse de 68% de son bénéfice net lors du dernier trimestre.

À l'inverse, le Dow Jones a été freiné par une chute de 6,43% à 80,48 dollars du groupe financier American Express, qui a annoncé que ses cartes de paiement ne seraient plus acceptées à partir du printemps 2016 par la chaîne de magasins Costco (+0,20% à 147,76 dollars).

La chaîne spécialisée dans les produits biologiques Whole Foods Market a gagné 5,21% à 56,30 dollars, après avoir annoncé une accélération de ses ventes à périmètre comparable, lors du premier trimestre de son exercice.

À l'inverse, le moteur de recherche chinois Baidu, qui a livré des prévisions décevantes pour le trimestre en cours, a perdu 4,50% à 205,02 dollars sur sa cotation sur le Nasdaq, faisant oublier une amélioration de son bénéfice l'an dernier.

Le constructeur d'automobiles électriques Tesla a chuté de 4,66% à 202,88 dollars, après avoir annoncé une perte nette de 16 millions de dollars au dernier trimestre, jugée très décevante par le marché, le groupe expliquant ses difficultés par «l'incapacité physique» à livrer certaines voitures pendant l'hiver.

Dans les fusions et acquisitions, le voyagiste en ligne Expedia a bondi de 14,50% à 89,57 dollars, en vue du rachat de son concurrent Orbitz Worldwide, qui s'est envolé de 21,83% à 11,72 dollars.

Le marché obligataire se redressait légèrement. Le rendement des bons du Trésor à 10 ans baissait à 1,982% contre 2,002% mardi soir, et celui à trente ans à 2,571% contre 2,572% précédemment.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer