La Bourse de Toronto a culbuté jeudi de plus de 100 points, tirée vers le bas par les titres du secteur de l'énergie et le plongeon du cours du pétrole - sous la barre des 70 $ US le baril - après que l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) eut refusé de réduire sa production.

Malcolm Morrison LA PRESSE CANADIENNE

L'indice composé S&P/TSX a échappé 115,97 points pour terminer la séance à 14 922,44 points. Les volumes de transaction ont cependant été plus faibles qu'à l'habitude puisque les marchés boursiers américains étaient fermés pour le congé de la Thanksgiving.

Le secteur de l'énergie a lâché 7 %, pendant que le cours du pétrole brut effaçait 4,64 $ US à 69,05 $ US le baril - un creux de quatre ans et demi - à la Bourse des matières premières de New York.

La baisse du prix du pétrole a nui au dollar canadien, qui s'est déprécié de 0,75 cent US à 88,25 cents US.

Certains observateurs espéraient que les ministres du Pétrole de l'OPEP, qui étaient réunis jeudi à Vienne, choisissent de réduire la production de brut pour limiter le recul du prix de l'or noir. Celui-ci a cédé environ 30 % depuis le milieu de l'été, surtout en raison d'un raffermissement du dollar américain, d'une baisse de la demande et, en particulier, d'une surabondance des réserves.

Mais l'OPEP a plutôt décidé de laisser sa production à son niveau actuel d'environ 30 millions de barils par jour. Cela a eu un impact marqué sur le secteur torontois de l'énergie, qui affiche maintenant une baisse d'environ 14 % depuis le début de l'année.