Alcoa se jette à l'eau

Le géant sidérurgique Alcoa ouvre officieusement une nouvelle... (Photo Gene J. Puskar, AP)

Agrandir

Le géant sidérurgique Alcoa ouvre officieusement une nouvelle ronde de résultats d'entreprises avec ses chiffres du deuxième trimestre de 2014, à la fermeture des marchés cet après-midi.

Photo Gene J. Puskar, AP

Paul Durivage
La Presse

Les marchés boursiers attendent toujours beaucoup des entreprises qui doivent augmenter leur rentabilité pour justifier leurs cours élevés. Ce sera particulièrement apprécié dans les prochains mois pour que le NASDAQ passe enfin en zone record comme les autres grands marchés boursiers nord-américains.

Le géant sidérurgique Alcoa (AA) ouvre officieusement une nouvelle ronde de résultats d'entreprises avec ses chiffres du deuxième trimestre de 2014, à la fermeture des marchés cet après-midi. Bien que son importance décroisse et qu'il ne fasse plus partie du prestigieux indice Dow Jones depuis septembre, le troisième producteur d'aluminium du monde demeure un baromètre d'affaires apprécié par plusieurs observateurs puisque l'entreprise fournit aussi bien le secteur de l'aéronautique que celui de l'électronique grand public.

Les analystes s'attendent à une nette amélioration de la rentabilité de l'entreprise de Pittsburgh après une année à oublier. Ils prévoient un bénéfice de 12 cents US par action, comparativement à 7 cents US il y a un an, malgré des revenus qui fondent avec le prix du lingot. Le titre anticipe aussi d'excellents résultats avec un gain de 16% ces trois derniers mois. Fait à noter: Alcoa a surpassé les attentes au cours de 8 des 10 derniers trimestres.

Les anticipations sont bien moindres pour l'ensemble des entreprises composant l'indice global S&P 500. Les analystes prévoient une croissance annuelle moyenne de 3,4% des bénéfices globaux pour les trois derniers mois, à la faveur d'une progression de 1% des ventes, selon les données colligées par l'agence Bloomberg.

C'est déjà beaucoup, considérant que le produit intérieur brut (PIB) américain a régressé de 2,9% en début d'année, son plus gros plongeon des cinq dernières années, en raison des rudes conditions météorologiques. L'amélioration de la rentabilité sera à mettre à l'actif d'effets de change plus favorables, notamment sur les activités dans les pays émergents, les opérations de fusion et acquisition, les rachats d'actions et les programmes de réductions de coûts.

De grandes attentes

La barre est nettement plus haute pour les six prochains mois. Des augmentations de profits de plus de 10%, des ventes supérieures de 3% et des marges bénéficiaires de l'ordre de 42% sont escomptées de la part du club des 500 au deuxième semestre.

Du côté du marché électronique NASDAQ spécialisé dans les titres de la nouvelle économie, les analystes se sont résolus à voir le solde des bénéfices régresser encore au deuxième trimestre, mais misent sur des gains de 27%, puis 47% aux troisième et quatrième trimestres, pour boucler l'année sur une note positive, mais surtout, pour propulser son indice à de nouveaux sommets.

Le NASDAQ doit encore croître de 12% pour retrouver son record d'avant l'éclatement de la bulle techno, il y a 14 ans.

Les pronostics sont très positifs du côté canadien. Des augmentations de profits de l'ordre 9%, 19% et 47% sont attendues des entreprises composant l'indice global S&P/TSX pour le trimestre couru, le nouveau et le quatrième, toujours selon Bloomberg. La saison des résultats est un peu décalée au Canada. Le CN et le CP, deux bons baromètres économiques, seront parmi les premières sociétés à dévoiler leurs résultats pour les mois d'avril à juin, au milieu du mois.

----------------

LA RECOMMANDATION

Alcoa a gagné la sympathie d'un plus grand nombre d'analystes avec l'expansion inattendue de ses activités dans l'aéronautique. L'achat du titre, en hausse de 39% depuis le début de l'année, est aujourd'hui recommandé par 7 analystes alors que 12 conseillent de le conserver. Un seul prône de s'en départir. Le géant américain de l'aluminium a acquis l'entreprise britannique Firth Rixson, spécialisée dans les produits de spécialité métallique destinés notamment aux moteurs d'avion, pour 2,85 milliards US, le mois dernier. L'analyste Jorge Beristain, de la Deutsche Bank, s'inquiète toutefois de l'accroissement de la dette.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer