Le site internet de communiqués de presse pour entreprises Business Wire, propriété du milliardaire Warren Buffett, va arrêter d'alimenter les courtiers pratiquant le courtiers de haute fréquence (HFT), une technique hautement spéculative.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Cette décision intervient après un article alarmiste du Wall Street Journal, le 7 février dernier, sur cette pratique utilisée par certains courtiers, consistant à programmer des ordinateurs pour réagir automatiquement à certains mots trouvés sur les communiqués des entreprises et considérés comme alarmistes ou au contraire optimistes. Elle peut provoquer des réactions en chaîne inexpliquées pouvant entraîner l'effondrement d'un indice boursier ou d'une action.

«Nous avons pris la décision de ne plus permettre aux acteurs du trading de haute fréquence d'utiliser directement les services de Business Wire», déclare dans un communiqué Cathy Baron Tamraz, la PDG.

Elle estime qu'il n'y avait pas de mal à ce que Business Wire alimente directement une poignée d'acteurs de HFT, puisque ceux-ci recevaient, d'après elle, les communiqués au même moment que tous les autres acteurs des marchés.

Néanmoins, concède-t-elle, «après des discussions avec certains de nos clients, nous avons appris que l'article (du Wall Street Journal) avait généré de mauvaises interprétations, ce qui est problématique pour nous».

«Notre actif le plus important est notre réputation et la confiance que nos clients et des acteurs de marchés nous font depuis plus d'un demi-siècle», argue la PDG.

Aussitôt cette décision connue, elle a été saluée par les autorités américaines.

«C'est une grande victoire» pour un marché «plus stable», «équitable» et «transparent», s'est réjoui le procureur de l'État de New York, Eric Schneiderman, dans un communiqué.