La Bourse de Toronto a clôturé en baisse marquée, vendredi, les investisseurs ayant décidé de prendre leurs profits après une solide séquence de huit séances consécutives à la hausse.

LA PRESSE CANADIENNE

Les marchés new-yorkais ont aussi cédé du terrain, entraînés par le secteur des titres financiers, à la suite d'une série de gains.

L'indice composite S&P/TSX du parquet torontois a reculé de 184,14 points, soit 2,1 pour cent, à 8506,35. Il reste malgré tout en hausse de 935 points, soit 12,4 pour cent, par rapport à sa valeur à la clôture le 9 mars. La longue séquence à la hausse de la Bourse de Toronto a surtout été alimentée par la progression du secteur des finances.

Certains analystes ont toutefois remis cette reprise en question et se sont montrés peu confiants de voir les gains perdurer.

«Jusqu'à maintenant, je crois qu'on fait beaucoup de bruit pour rien parce que les données fondamentales de l'économie chez nos voisins du Sud laissent croire que l'Américain moyen est terrifié, le chômage est à 8,1 pour cent - selon les chiffres officiels -, et les consommateurs commencent finalement à se serrer la ceinture», a indiqué John Stephenson, gestionnaire de portefeuille chez First Asset Funds.

La Bourse de croissance TSXV a clôturé en baisse de 1,77 point, à 901,80.

Le dollar canadien a retraité de 0,12 cent US, pour clôturer à 80,68 cents US, après que Statistique Canada eut dévoilé que les ventes de détail ont grimpé de 1,9 pour cent en janvier à 33,7 milliards $, après avoir décliné de 5,2 pour cent en décembre - ce qui constituait leur plus important recul en 15 ans. Les ventes se sont accrues en janvier dans cinq des huit secteurs du commerce de détail, notamment de 3,8 pour cent dans le secteur automobile.

«Malheureusement, nous savons déjà que les ventes d'automobiles ont chuté encore davantage au mois de février», a souligné l'économiste en chef adjoint au Marché des capitaux BMO, Doug Porter.

«Et même avec la reprise, le vrai niveau de ventes au détail au mois de janvier était à presque cinq pour cent en-dessous du niveau du quatrième trimestre (annualisé), ce qui semble indiquer que les dépenses de consommation ont une fois de plus chuté de façon marquée au premier trimestre», a-t-il ajouté.

À New York, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles a lâché 122,42 points à 7278,38. Celle-ci affiche néanmoins une hausse de 10,4 pour cent depuis le 9 mars.

L'indice élargi S&P 500 a retraité de 15,5 points à 768,54, tandis que l'indice composite du Nasdaq, à forte composante technologique, a reculé de 26,21 points à 1457,27.

De retour sur le parquet torontois, le secteur financier a baissé vendredi de près de deux pour cent, tandis que celui de l'énergie a rendu quatre pour cent, le cours du baril de pétrole brut ayant laissé 55 cents US à 51,06 $ US à la Bourse des matières premières de New York.

Le secteur des métaux de base a reculé de quatre pour cent et le secteur aurifère est resté stable, le cours du lingot d'or pour livraison en avril ayant de son côté perdu 2,60 $ US à New York, pour terminer la journée à 956,20 $ US.