Quatrième victime de Londres identifiée: «Il n'y aura toujours qu'un James»

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Londres) « Chéri, tu n'étais pas sur le pont de Londres, j'espère... » Le message texte que Jody a envoyé à son ami James, samedi soir, restera à jamais sans réponse. Ce soir-là, James McMullan était au Barrowboy and Banker, l'un des premiers pubs à la sortie du pont de Londres. L'un des établissements du Borough Market qui s'est transformé en bain de sang.

James McMullan, un Londonien de 32 ans, a été... (Photo PA/Associated Press) - image 1.0

Agrandir

James McMullan, un Londonien de 32 ans, a été formellement identifié comme la quatrième victime de l'attaque terroriste.

Photo PA/Associated Press

James McMullan, un Londonien de 32 ans, a été formellement identifié comme la quatrième victime de l'attaque terroriste. Depuis samedi, ses proches étaient rongés par l'angoisse, les autorités n'étant pas en mesure de confirmer son identité.

« On se parlait tous les jours. Samedi, je lui ai envoyé un message lui disant que j'espérais qu'il ne faisait pas la fête près du pont de Londres. Je n'avais aucune idée qu'il était ici. Mais je n'ai jamais eu de nouvelles... », a raconté à La Presse Jody Mercer, en montrant sur l'écran de son téléphone la suite de messages qu'elle lui a écrits jusqu'à lundi soir, jusqu'à ce qu'elle apprenne que lors de l'attentat, James était au pub avec des amis. Vers 22 h, il est sorti fumer - au mauvais endroit, au mauvais moment.

« J'ai vu son nom à la télévision, hier soir. Je n'y croyais pas », a laissé tomber son amie.

DES MOTS DÉCHIRANTS

Lundi soir, la soeur de James, Melissa, s'est adressée à quelques médias réunis au bord de la Tamise. Dans un discours déchirant, elle a confirmé la mort de son frère.

« Rappelez-vous que la haine est le refuge des gens à l'esprit fermé, et ne fera que les aider à se reproduire. Ce n'est pas la voie que nous allons suivre, malgré notre perte. De la part de ses amis qui étaient avec lui ce soir-là, ils veulent que tout le monde sache qu'il était un ami généreux et dévoué. Les mots ne pourront jamais lui rendre justice. Il n'y aura toujours qu'un James », a dit Melissa en sanglotant. 

« Nulle part ailleurs pourrez-vous trouver un tel sens de l'humour, une telle personnalité, quelqu'un qui place toujours ses amis et sa famille au-dessus de tout le reste. Il était une inspiration »

James McMullan, 32 ans, travaillait depuis trois ans à la mise sur pied d'une « e-école », un programme d'éducation en ligne pour les enfants du monde qui n'ont pas accès à un établissement scolaire. Il était sur le point de clore le contrat qui allait assurer la mise sur pied de son entreprise. Sa famille compte terminer le travail qu'il a commencé.

IL SERAIT « HORRIFIÉ »

La mort de James est encore irréelle aux yeux de Jody. Après une nuit à croire qu'elle se réveillait constamment d'un mauvais rêve, elle ressentait le besoin de se recueillir à l'endroit où il a perdu la vie. Impossible de vivre ce moment dans l'intimité, le Barrowboy and Banker se trouvant tout juste au début du périmètre de sécurité, là où le mémorial occupe maintenant pratiquement tout le coin de rue. Au milieu des centaines de fleurs, quelqu'un avait mis une photo de James qui attirait l'attention de la horde de photographes du monde entier dépêchés à Londres après les événements.

« Quand je suis arrivée, c'était bien de voir son visage, avoue Jody. Mais rapidement, quand j'ai vu tout le monde prendre sa photo en photo... »

Caméramans, photographes, Londoniens ou touristes... Tous ceux, ou presque, qui passaient près du mémorial s'arrêtaient pour le prendre en photo. Une femme a même fait un égoportrait. Jody regardait la scène. Elle ne mâchait pas ses mots en se confiant à La Presse, particulièrement à propos des médias.

« Il aurait été fucking horrifié que son visage serve une cause à laquelle il ne croit pas », a-t-elle dit.

« Il aurait d-é-t-e-s-t-é que son visage serve aux médias qui font la propagation de pensées antimusulmanes ou à ceux qui se servent de lui, de sa mort, pour faire des déclarations politiques. »

Incapable d'en supporter davantage, Jody s'est avancée vers le mémorial, a saisi des bouquets et les a empilés par-dessus la photo de son défunt ami.

ATTENTAT POLITIQUE ?

Jody Mercer est une fervente militante du Parti travailliste. Son chef Jeremy Corbyn chauffe les talons de Theresa May pour accéder au titre de prochain premier ministre du Royaume-Uni. Le programme des travaillistes est ancré à gauche, dans la plus pure veine socialiste. La militante n'hésite pas à dire que l'attaque est intimement liée aux intentions politiques de Corbyn et à ses chances de l'emporter, demain.

« Ce n'est pas vrai qu'il y a une coïncidence que ce soit arrivé avant les élections, croit Mme Mercer. C'est parce qu'ils ne veulent pas que Corbyn entre. Ce qui se passe réellement ici, la vérité, c'est que Corbyn sera élu et qu'il va changer le monde. »

Les élections générales anticipées ont lieu demain au Royaume-Uni.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer