• Accueil > 
  • International > 
  • Europe 
  • > France: quand un candidat à la présidentielle n'a aucune idée du prix du pain au chocolat 

France: quand un candidat à la présidentielle n'a aucune idée du prix du pain au chocolat

Jean-François Copé espère remporter la primaire de la... (photo JEAN PIERRE CLATOT, archives AFP)

Agrandir

Jean-François Copé espère remporter la primaire de la droite française en vue de l'élection présidentielle de 2017.

photo JEAN PIERRE CLATOT, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

Jean-François Copé, candidat à la primaire de la droite française pour la présidentielle, a admis lundi ne pas savoir combien coûte un pain au chocolat, avançant l'estimation fantaisiste de « 10 ou 15 centimes », soit dix fois moins que le prix réel.

« Je n'en ai aucune idée », a concédé le député en répondant à la question d'un internaute relayée par des journalistes de la radio Europe 1. « Je pense que ça doit être aux alentours de 10 ou 15 centimes d'euros peut-être », a-t-il poursuivi, avant d'être repris par les journalistes.

Après ce faux pas risquant de nourrir le sentiment selon lequel les élites vivent déconnectées de la vie quotidienne, le député a tenté l'humour : « Je ne vais pas en acheter très souvent parce que comme vous pouvez l'imaginer, il faut faire un peu attention, c'est un peu calorique », a-t-il plaisanté.

Sur Twitter, M. Copé a récidivé sur le même thème : « J'avoue être très soucieux de ma ligne... Donc pour dire vrai j'ai arrêté les "chocolatines" depuis longtemps ! » a-t-il écrit. Il est l'un des sept candidats à la primaire de droite les 20 et 27 novembre, pour laquelle l'ex-premier ministre Alain Juppé est donné favori.

Son ignorance faisait néanmoins les délices des internautes, avec une avalanche de quolibets sur Twitter, dont le mot-clic #Copé donne un bon aperçu.

Cette bourde en rappelle d'autres de la part d'élus français, souvent accusés d'être coupés de « la vie réelle ». En 2012, par exemple, la députée de droite Nathalie Kosciusko-Morizet avait séché sur le prix du ticket de métro à Paris, en l'évaluant à « 4 euros et quelques » au lieu de 1,70 euro.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer