Soeur Danielle, une otage française: «On s'est dit: on y passe»

L'église de Saint-Étienne.... (Photo MATTHIEU ALEXANDRE, Agence France-Presse)

Agrandir

L'église de Saint-Étienne.

Photo MATTHIEU ALEXANDRE, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Saint-Étienne-du-Rouvray

«Moi, quand je les ai vus rentrer, je me suis dit: ça y est, c'est fini», a témoigné Soeur Danielle, une des religieuses qui se trouvait dans l'église du nord-ouest de la France visée mardi par un attentat.

Cette attaque contre l'église de Saint-Etienne-du-Rouvray, commise par deux djihadistes abattus par la police française, a fait un mort, le prêtre qui célébrait la messe au moment de l'attentat et qui a été égorgé par les assaillants, et un blessé grave entre la vie et la mort. Trois personnes présentes ont réussi à sortir saines et sauves.

Soeur Danielle a expliqué sur la chaîne de télévision France 2 avoir ressenti surtout «de la peur lorsqu'ils sont entrés» dans l'église. «On s'est dit: on y passe».

«Je ne pensais pas qu'ils allaient s'acharner sur Jacques (Jacques Hamel, le prêtre octogénaire égorgé). Il était encore en aube, il était au pied de l'autel, ils l'ont obligé à se mettre à genoux et puis à ne pas bouger. Quand on a vu le couteau, la main droite, j'ai dit: bon, c'est sûr que là, y a quelque chose qui va se passer».

«Lui venait de célébrer sa messe et ils ont pris sa place pour parler en arabe, mais là, moi je ne suis pas compétente (...) Je ne sais pas ce qu'ils nous ont raconté, mais ils ont crié: vous les chrétiens vous nous supprimez», a-t-elle dit.

«Lui, il a essayé de se débattre (...), mais bon... il a bien senti ce qu'il se passait, il a senti ce qu'il arrivait», a précisé la religieuse.

À la radio RMC, Soeur Danielle a précisé que les djihadistes auraient filmé la scène: «Ils se sont enregistrés. Ils ont fait un peu comme un sermon autour de l'autel en arabe. C'est une horreur».

La religieuse a précisé à France 2 être ensuite «partie en courant». «Et puis j'ai appelé la première voiture, le gars il avait son portable et il a appelé la police tout de suite».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer