Des milliers d'Européens rendent hommage aux victimes d'Orlando

Des manifestants à Vienne, en Autriche.... (PHOTO HEINZ-PETER BADER, REUTERS)

Agrandir

Des manifestants à Vienne, en Autriche.

PHOTO HEINZ-PETER BADER, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
VIENNE

Des centaines de milliers de manifestants ont rendu hommage aux 49 personnes tuées dans l'attentat d'Orlando en Floride au cours de Gay Pride à travers l'Europe, notamment à Vienne, à Lisbonne et en Italie.

Dans la capitale autrichienne, quelque 100 000 personnes, selon les organisateurs, ont participé à la parade «Arc-en-ciel» annuelle, qui commémore la première révolte des clients d'un bar new-yorkais contre une descente de police le 28 juin 1969.

Une minute de silence a été observée en l'honneur des victimes du massacre l'Orlando, commis dans un club d'homosexuels.

En tête du cortège marchait un groupe s'intitulant «victimes des crimes de haine - marchant pour ceux qui ne le peuvent pas», dont les membres vêtus de noir tenaient une corde autour d'une espace vide, là où aurait dû se trouver un char.

Le «char fantôme» représentait «ces lesbiennes, homosexuels, bisexuels et personnes transgenre qui ont perdu leurs vies à Orlando et ne peuvent pas marcher avec nous», ont expliqué les organisateurs.

Lui Fidelsberger, co-président de l'Initiative homosexuelle de Vienne (HOSI), la plus ancienne organisation autrichienne de défense de la cause des homosexuels, a souligné que la meilleure réponse à la fusillade d'Orlando était de manifester encore plus de fierté et de visibilité.

Le déploiement des forces de police à Vienne a été plus important que l'année dernière à cause de l'attaque d'Orlando, a indiqué à l'AFP le porte-parole de la police Roman Hahslinger.

En Italie, des dizaines de milliers de personnes ont défilé à Florence (30 000 participants), Gènes (5000), Palerme, Trévise ou encore Varese, selon les organisateurs.

Après la Gay Pride qui a réuni plusieurs centaines de milliers de personnes le 11 juin à Rome, le principal défilé en Italie était attendu pour le 25 juin à Milan.

À Gènes, le premier char du défilé arborait un grand drapeau arc-en-ciel frappé d'un bandeau noir et de la mention «We are Orlando», tandis qu'à Palerme, après une minute de silence, le coordinateur de la manifestation, Massimo Milani, a défilé dans une robe de mariée blanche maculée de rouge sang sur laquelle on pouvait toutefois lire : «We will survive !» («Nous survivrons !»).

Dans cette grande ville de Sicile, les organisateurs avaient choisi comme mot d'ordre «Migrer est humain» en signe de soutien aux milliers de migrants qui débarquent chaque mois sur leur île et en particulier à ceux parmi eux qui ont dû fuir en raison de leur homosexualité.

À Lisbonne, plus de 5000 personnes ont défilé, selon les organisateurs. En tête du cortège, était portée une grande bannière noire avec les portraits des victimes du massacre d'Orlando.

Malgré tout, les costumes extravagants et la musique fortement rythmée ont réussi à donner une coloration festive au défilé.

«Ce massacre nous a tous affectés», a confié le défenseur des droits de homosexuels Paulo Corte Real. «Nous devons à présent montrer notre force et refuser toute cette haine à laquelle nous sommes encore confrontés», a-t-il dit.

Quelque 2000 personnes se sont réunies à Vilnius tandis qu'un millier de participants ont respecté une minute de silence au monument de l'armée soviétique à Sofia.

Plusieurs ambassadeurs étrangers ont assisté au rassemblement de Sofia où la foule a scandé «stop à l'homophobie!».

Il y a une semaine, 49 personnes ont été tuées et une cinquantaine blessées quand Omar Seddique Mateen, un Américain d'origine afghane âgé de 29 ans, a ouvert le feu à l'intérieur d'une boîte de nuit emblématique de la communauté gaie d'Orlando.

L'attentat, revendiqué par le groupe État islamique (EI), a créé un choc chez les homosexuels qui, s'ils sont fréquemment la cible d'attaques meurtrières dans le monde, n'avaient jamais été visés par une tuerie de cette ampleur.

Mais le dimanche 13 juin, quelques heures après l'attaque, des milliers de personnes avaient participé à la Gay Pride de Los Angeles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer