Suède: la police a caché une vague d'agressions sexuelles

Lors d'une conférence de presse, le chef de... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Lors d'une conférence de presse, le chef de la police, Dan Eliasson, a assuré qu'une enquête interne serait menée et qu'il pourrait être question de mesures disciplinaires.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Stockholm

La police suédoise a reconnu lundi avoir gardé pour elle les informations sur des dizaines d'agressions sexuelles à un festival de musique qui avaient conduit à des arrestations, principalement d'étrangers selon un journal.

Ces révélations ont été faites après le tollé soulevé par la lenteur avec laquelle la police de Cologne, en Allemagne, a rendu publique l'ampleur des violences commises dans la nuit du Nouvel An.

Dans le cas suédois, 38 agressions sexuelles, dont deux viols, ont fait l'objet de plaintes pendant les éditions 2014 et 2015 de We Are Sthlm, festival qui se déroule à Stockholm en août et se présente comme le plus grand d'Europe pour les adolescents.

Un porte-parole de la police interrogé par l'AFP, Varg Gyllander, a dans un premier temps évoqué près de 100 arrestations. Mais il a dit plus tard que leur nombre exact n'avait pas été établi.

«Nous aurions certainement dû révéler cette information, ça ne fait pas de doute. Pourquoi ça ne s'est pas fait, nous ne le savons tout simplement pas», a-t-il déclaré.

Après chacune de ces deux éditions du festival, la police avait affirmé qu'il y avait eu «relativement peu de délits et de personnes interpellées comparé au nombre des participants», a rappelé M. Gyllander.

Aucune condamnation n'a été prononcée depuis, selon la police.

Dagens Nyheter, le quotidien par lequel le scandale a été rendu public, a affirmé que les agresseurs présumés étaient en majorité des demandeurs d'asile mineurs non accompagnés.

Le journal a cité un rapport de police sur une des deux éditions (sans préciser laquelle) mentionnant que les soupçons s'étaient portés sur un groupe d'une cinquantaine d'adolescents afghans.

«Je ressens une très forte colère en voyant que des jeunes femmes ne peuvent pas aller à un festival de musique sans se faire importuner, harceler sexuellement et attaquer», a réagi le premier ministre Stefan Löfven devant la presse à Stockholm.

Le fait que la police n'ait pas informé le grand public est selon lui «un problème de démocratie pour notre pays».

Le directeur de la police nationale, Dan Eliasson, a assuré au cours d'une conférence de presse que l'affaire ferait l'objet d'une «enquête interne» susceptible de déboucher sur des sanctions.

Il n'a cependant rien révélé sur l'état d'avancement de l'enquête, estimant qu'il n'était «pas facile d'enquêter» sur des faits de cette nature, commis au milieu d'une foule dense. Et il a précisé que, de manière générale, la police «essayait d'éviter d'évoquer l'appartenance ethnique» des suspects.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer