Espagne: manifestation contre les lâchers de taureaux de Pampelune

Les manifestants se sont couverts de faux sang, tandis... (PHOTO ELOY ALONSO, REUTERS)

Agrandir

Les manifestants se sont couverts de faux sang, tandis que d'autres portant des fausses cornes de bovins affichaient des pancartes proclamant en plusieurs langues «les rues de Pampelune sont souillées du sang des taureaux».

PHOTO ELOY ALONSO, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
PAMPELUNE

Quasiment nus, couverts de sang, une centaine de membres des associations de défense des animaux Peta et AnimaNaturalis ont protesté samedi à Pampelune (nord) contre les traditionnels lâchers de taureaux de combat lors des fêtes de la San Fermin.

Quasiment nus, couverts de sang, une centaine de... (PHOTO ELOY ALONSO, REUTERS) - image 1.0

Agrandir

PHOTO ELOY ALONSO, REUTERS

La majorité d'entre eux se sont entièrement couverts de faux sang, tandis que d'autres portant des fausses cornes de bovins affichaient des pancartes proclamant en plusieurs langues «les rues de Pampelune sont souillées du sang des taureaux».

Les associations de protection des animaux veulent attirer l'attention sur le fait que «des douzaines de taureaux souffrent de lésions pendant que les participants les poursuivent, les frappent et les terrorisent sur le chemin de leur mort éventuelle sur la place des taureaux de la ville», selon un communiqué.

Lors des fêtes de San Fermin, qui se tiendront cette année du 6 au 14 juillet et attirent chaque année des centaines de milliers de personnes venues du monde entier, des taureaux de plusieurs centaines de kilos sont lâchés derrière les coureurs vêtus du traditionnel habit blanc et foulard rouge.

Tous dévalent dans les rues étroites de la ville, qui mènent jusqu'aux arènes où il est prévu que les animaux soient mis à mort au cours des corridas de la journée.

Selon l'organisation Peta, les taureaux sont victimes de «décharges électriques et de baguettes effilées» avant le lâcher, ils risquent ensuite de se blesser dans les rues et leur mise à mort dure encore 15 minutes une fois arrivés dans l'arène. Elle demande à l'Espagne de mettre fin à cette tradition.

Le pays compte d'autres traditions taurines controversées comme celle consistant à fixer un produit inflammable sur les cornes d'un taureau qui finit souvent brûlé en essayant de se débarrasser des boules de feu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer