Chambres à gaz, un «détail»: Jean-Marie Le Pen persiste et signe

Interrogé sur l'horreur des chambres à gaz, Jean-Marie... (PHOTO GONZALO FUENTES, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Interrogé sur l'horreur des chambres à gaz, Jean-Marie Le Pen a poursuivi en estimant qu'il s'agissait d'un «autre problème». «Tout ça est horrible, la guerre est horrible, un éclat d'obus qui vous déchire le ventre, une bombe qui vous décapite, une chambre qui vous asphyxie, c'est assez ignoble» a-t-il dit.

PHOTO GONZALO FUENTES, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

L'ex-chef de file de l'extrême droite française, Jean-Marie Le Pen, a réitéré jeudi ses propos condamnés en justice sur les chambres à gaz, «détail» de la Seconde Guerre mondiale, une sortie critiquée par sa fille Marine qui lui a succédé à la présidence du Front national.

Cofondateur et président d'honneur du FN, M. Le Pen, qui est également eurodéputé de son parti, a assuré n'avoir «à aucun moment» regretté ses déclarations, vieilles de près de trente ans.

«Ce que j'ai dit correspondait à ma pensée : que les chambres à gaz étaient un point de détail de la guerre, à moins d'admettre que ce soit la guerre qui soit un détail des chambres à gaz», a-t-il déclaré sur la radio RMC et la chaîne d'informations en continu BFMTV.

«Je les maintiens parce que je crois que c'est la vérité, et que ça ne devrait choquer personne, qu'on a instrumentalisé cette affaire contre moi», a-t-il ajouté, en affirmant avoir «parlé d'un système», pas de ses victimes.

«Ce que j'ai dit correspondait à ma pensée : que les chambres à gaz étaient un point de détail de la guerre, à moins d'admettre que ce soit la guerre qui soit un détail des chambres à gaz.»

Jean-Marie Le Pen
Cofondateur et président d'honneur du Front national

Interrogé sur l'horreur des chambres à gaz, il a poursuivi en estimant qu'il s'agissait d'un «autre problème». «Tout ça est horrible, la guerre est horrible, un éclat d'obus qui vous déchire le ventre, une bombe qui vous décapite, une chambre qui vous asphyxie, c'est assez ignoble» a-t-il dit.

«Il n'y a rien de nouveau. Je suis en profond désaccord avec Jean-Marie Le Pen et sur le fond et sur la forme», a réagi Marine Le Pen auprès de l'AFP.

La dirigeante du Front national s'est attelée à «dédiaboliser» l'image du parti d'extrême droite depuis son accession à sa présidence en 2011, qualifiant notamment le nazisme de «summum de la barbarie» et évoquant un «désaccord majeur» avec le goût de son père pour les polémiques.

Le 13 septembre 1987, Jean-Marie Le Pen avait déclaré à propos de l'existence des chambres à gaz nazies : «Je n'ai pas spécialement étudié la question, mais je crois que c'est un point de détail de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale».

Il a été condamné plusieurs fois pour ces propos déjà réitérés en 1997 en Allemagne, en 2008 au magazine «Bretons» ou en mars 2009 au Parlement européen.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer